International

Meurtre de Michaela Hart : Son époux condamne l’incompétence des autorités mauriciennes et demande l'aide irlandaise

Lundi 2 Décembre 2019

C'est une histoire qui risque de nouveau d'entacher les institutions mauriciennes. Neuf ans après le meurtre de Michaela Hart, son époux, John McAreavey manifeste sa colère et sa déception envers les autorités mauriciennes.


Michaela Hart était en lune de miel à Maurice lorsqu’elle a été retrouvée morte dans sa chambre d’hôtel, l’ex-Legends à Grand-Gaube, le 10 janvier 2011. Deux ex-employés de l’hôtel avaient été arrêtés avant d’être acquittés aux assises, 18 mois plus tard.

Dans un entretien accordé à la chaîne anglaise BBC samedi dernier, John McAreavey souligne que Maurice ne peut se vanter d’être une île paradisiaque, si les autorités ne peuvent pas rendre des comptes dans de tels cas. Il condamne l'incompétence des autorités mauriciennes et sollicite l’aide des politiciens irlandais et affirme que la prochaine fois qu’il reviendra à Maurice ce sera pour assister à un procès.

«Il y a un gars qui a avoué le crime, un autre qui a dit avoir vu des malfaiteurs sortir de la chambre. Mais le procès en 2012 n’a rien donné. Que se passe-t-il avec ce cas?».

Ce lundi 2 décembre, John McAreavey lancera son podcast, Murder in Mauritius, dans lequel il reviendra sur le meurtre, le procès intenté à Avinash Treebhoowon et Sandip Moneea en 2012, ainsi que ses rencontres avec le Premier ministre, le Directeur des poursuites publiques et le commissaire de police en avril 2017.

Des rencontres où il avait reçu des garanties sur la suite de l’enquête. Il avait même promis une récompense de Rs 2 millions pour toute information.

 

Rédigé par E. Moris le Lundi 2 Décembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.