Menu



Société

Meurtre de Manan Fakoo à Beau-Bassin : le commissaire de police assure "avoir la situation bien en main"


Rédigé par E. Moris le Vendredi 22 Janvier 2021



Le Commissaire de Police, Khemraj Servansingh, a animé une conférence de presse aux Casernes centrales ce vendredi 22 janvier.

"On a tiré sur Fakoo à bout portant".

Il y aura des arrestations dans cette affaire et elles ne vont pas tarder. Swaste Rao Fakoo plus connu comme Manan, âgé de 56 ans, était admis aux soins intensifs de l'hôpital Victoria depuis mercredi soir, à Candos, suite à une attaque criminelle. Des coups de feu tirés dans sa direction ont été tirés alors qu'il se trouvait à bord de sa voiture, à quelques mètres de son domicile.

Il est décédé aux petites heures ce matin. Une autopsie sera pratiquée ce matin. 

Connu des services de police, il avait été blessé à la nuque et près de la mâchoire. A la suite de son agression, il s’était rendu au poste de police de Beau-Bassin, puis refusant l'aide de l'ambulance pour le transporter à l’hôpital, il avait pris sa voiture et s’est lui-même dirigé à l’hôpital Victoria à Candos. Il y a subi une intervention chirurgicale et a été admis aux soins intensifs.  

Le tissu social est très fragile, a aussi déclaré le commissaire de police, en évoquant des publications pouvant porter atteinte à l'ordre public.

Il a fait référence aux émeutes de 1999. "C'était la période la plus triste de ma carrière comme officier de police. Le pays allait basculer dans le chaos. Il y a eu mutinerie au sein de la police. Des officiers ont injurié un commissaire de police. Mais la Special Mobile Force, sous mon commandement, est resté debout comme un seul homme. Nous avons ramené le calme dans le pays grâce à des actions sur le terrain", a-t-il précisé. Il a aussi déclaré qu'ayant vécu ces émeutes, il ne va jamais laisser une telle situation se produire dans le pays.

Khemraj Servansing a aussi indiqué que la police surveille de près la situation des armes.

"Nous avons la situation en main. Nous n'allons permettre aucun dérapage", a-t-il affirmé, tout en faisant un appel aux religieux, aux associations socioculturelles et aux citoyens respectueux de la loi.

Vendredi 22 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.