Menu



International

Meurtre d'une Mauricienne enceinte de huit mois : Son ex-époux condamné à perpétuité


Rédigé par E. Moris le Samedi 30 Novembre 2019

Sana Muhammad enceinte de huit mois a été tuée par son ex mari avec une arbalète à son domicile à Ilford, dans la banlieue de Londres (Angleterre).



Ramanodge Unmathallegadoo, était accusé du meurtre de son ex-épouse Sana Muhammad, une Mauricienne de 35 ans, tuée à l’aide d’une flèche d’arbalète le 12 novembre 2018.

Ramanodge Unmathallegadoo 51 ans, a été jugé coupable du meurtre de Sana Muhammad par le tribunal d’Old Bailey, à Londres. Ramanodge Unmathallegadoo a écopé de la prison à perpétuité, assortie d’une peine minimale de 33 ans. 

Le juge Mark Lucraft, Queen Counsel, a qualifié le crime d’un des crimes « le plus horrible commis envers son propre enfant ».

Le meurtrier avait deux enfants avec la victime, qui en avait deux autres avec son nouveau compagnon. Sana Muhammad et Ramanodge Unmathallegadoo s’étaient séparés en 2012. Ramanodge faisait l’objet d’un ordre  de restriction, qui l’empêchait de s’approcher à moins de 100 mètres de son ex-épouse. 

Une Mauricienne enceinte de 8 mois, tuée à l'arbalète par son ex mari, le bébé survit   à l'attaque

Elle était enceinte de huit mois au moment de sa mort. Elle a été attaquée à l'arbalète et a reçu une flèche dans le haut de l'abdomen.

Le projectile a évité le bébé de la victime de quelques centimètres à peine. Elle est morte sur la table d'opération alors que le corps médical avait décidé de pratiquer une césarienne en urgence pour tenter de sauver le bébé. 

Notons que le tribunal a appris que la victime avait eu un mariage arrangé à Maurice le jour de son 16e anniversaire. Il avait 30 ans à l'époque, presque deux fois son âge.

Leur relation a pris fin en 2012 après un incident dans lequel elle a sauté par une fenêtre à l'étage et s'est cassé la cheville.


 
 

Samedi 30 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.