Faits Divers

Meurtre à Vacoas : Le calvaire de Dorine Phokeerdass raconté par ses proches

Vendredi 21 Février 2020

Il n’a pas supporté de voir son ex-femme en compagnie d’un autre homme. Ce simple détail a conduit Jean-Marc Phokeerdass à se disputer avec le nouveau compagnon en question et aussi à agresser mortellement la mère de ses 11 enfants.

C’est chez l’une des filles de Jean-Marc et Dorine Phokeerdass que le meurtre a eu lieu jeudi. La victime, 53 ans, vivait séparée de son époux. Dans divers médias, ses proches, notamment sa mère et une de ses filles, ont témoigné du calvaire qu’elle a vécu aux côtés de son époux.

Sharonne, sa fille, a expliqué qu’elle était le pilier de la maison. « C’est sur elle que les enfants pouvaient compter », a-t-elle déclaré. Selon sa mère, à de nombreuses reprises, elle a été agressée physiquement par Jean-Marc Phokeerdass. Ce dernier, lorsqu’il était dans une rage folle, saisissait une arme tranchante pour s’en prendre à son épouse. Mais il n’y avait pas que l’épouse à subir la violence de Jean-Marc Phokeerdass. Les enfants aussi étaient roués de coups. Mais pourtant, malgré ces difficultés, la misère et les coups, Dorine gardait le sourire.

« Elle a toujours été là pour nous », souligne Sharonne. La mère de la victime raconte qu’il arrivait souvent à Dorine et ses enfants de devoir se cacher dans la maison car leur père les menaçait de mort.

Les plaintes à la police étaient nombreuses. Dorine avait eu le courage, il y a trois ans, de quitter l’homme et la violence. Elle avait trouvé quelqu’un qui s’intéressait à elle et lui accordait l’attention qu’elle méritait. Elle s’était même portée candidate pour le compte du PKM aux dernières législatives. Mais Jean-Marc Phokeerdass s’est encore trouvé sur sa route pour lui pourrir la vie, mais aussi pour la lui enlever tout court.

Il a comparu devant la Bail and Remand Court ce vendredi. Il reste en détention. C’est le quatrième cas de féminicide enregistré depuis le début de l’année.

Rédigé par E. Moris le Vendredi 21 Février 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.