Menu


Faits Divers

Meurtre à Quatre-Cocos : « Nous l’avons battue… car elle prenait trop de temps pour manger »


Rédigé par E. Moris le Mardi 31 Mars 2020



Battue à mort ! Pallavi Khedoo, 27 ans, et Deven Chiniah, 25 ans, sont passés aux aveux. Ils ont bel et bien tué la petite Fareeda, la fille de Pallavi Khedoo.

Tout cela, parce qu’elle prenait trop de temps pour terminer son repas. Ivres de colère, la maman puis le compagnon lui ont donné plusieurs coups sur la tête. La petite ne s’est pas relevée. 

Réalisant qu’ils venaient de commettre un meurtre Pallavi Khedoo et Deven Chiniah ont tenté de sectionner le corps de la petite afin de la jeter dans une mare à proximité de leur domicile, à Quatre Cocos. Mais ils n’y sont pas arrivés. Alors, ils ont pris le corps et l’ont emmené à motocyclette à Belle Mare dans un champ de cannes. Là, ils l’ont dissimulé sous un tas de fumier. 

Ils ont tout raconté aux enquêteurs de la CID de Bel-Air hier. Après quoi, ils ont été placés en détention. L’autopsie pratiquée par le no 1 du service médicolégal de la police, le Dr Sudesh Kumar Gundadin, a attribué le décès de la fillette à une fracture du crâne. Le médecin légiste a aussi noté des lacérations au niveau de la hanche, là où ils ont tenté de la sectionner en deux. 

Pour rappel, ce n’est que dimanche matin que la maman de Fareeda a signalé sa disparition à la police. Cela, alors qu’elle était portée manquante depuis deux jours. Elle a indiqué que l’enfant s’était enfuie et a précisé qu’elle souffrait de dépression. 

La fillette vivait avec sa mère et le concubin de celle-ci. En janvier dernier, ce même couple avait perdu un bébé d’un mois. L’autopsie avait attribué le décès au syndrome de la mort subite du nourrisson. Mais désormais, la police pense que le bébé souffrait de négligence parentale.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.