Menu


Société

Metro Express : près de Rs 800 000 de pertes à cause de la pandémie Covid-19


Rédigé par E. Moris le Lundi 18 Mai 2020

Officiellement lancé au terminal de Place Margéot à Rose-Hill, le 22 décembre 2019, le Metro Express au coût estimé à Rs 18,8 milliards ne peut parcourir qu’un seul trajet : Rose-Hill / Port-Louis.



19 minutes sont nécessaires pour parcourir les 13 km qui séparent les deux villes, à une vitesse maximale de 75 km/h. Avec ses nombreux couacs et un cyclone qui s'est invité peu à près l'inauguration, c'est le coup de massue avec le Covid-19.

Une nouvelle régulation a a été publiée dans la soirée d'hier, dimanche 17 mai, par le ministère de la Santé et entre en vigueur dès ce lundi 18 mai. Elle concerne les règlements sanitaires qui sont désormais en vigueur en public et prévoit des amendes, voire des peines d’emprisonnement, pour tout contrevenant.

Le Metro express n'échappe pas aux mesures drastiques.

Un maximum de 81 passagers aura accès dans le métro, soit 36 places assises et 45 debout. Une décision prise pour que la distanciation sociale soit respectée. En cas de non-respect, les responsables devront payer une amende ne dépassant pas Rs 50,000

Comment récupérer les pertes d'environ Rs 800 000 après plus d’un mois d’inactivité ?

Les dirigeants de MEL ont décidé qu’un plan de relance des services du métro sera appliqué dès le 1er juin. Des événements seront organisés dans des lieux stratégiques notamment à Rose-Hill ou au Caudan Waterfront afin d’augmenter le nombre de passagers aux différentes stations et d'attirer la clientèle à partir du mois prochain. 

Rappelons que la prochaine partie à sortir de terre reliera Curepipe et Port-Louis. Elle devrait être active en septembre 2021. Avant cela, les passagers du Metro Express pourront déjà voyager de Quatre-Bornes à Port-Louis d’ici la fin décembre 2020.

Metro Express Phase 2 entre Rose-Hill et Curepipe.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.