Santé

Méthadone : Rétropédalage au ministère de la Santé, Husnoo revient sur l'ancienne formule

Jeudi 2 Août 2018

Ce jeudi, le ministre de la Santé, Anwar Husnoo lors du lancement de la campagne de prévention nationale pour les maladies non-transmissibles à Grand-Bois a annoncé que la distribution de la méthadone sera réintroduite.


Méthadone : Rétropédalage au ministère de la Santé, Husnoo revient sur l'ancienne formule
Selon le ministre de la Santé, les postes de police ne sont pas les lieux appropriés pour les usagers de drogue.

Les dispensaires, ‘Primary Care Centres’ pourraient être choisis pour la distribution de la méthadone.

Concernant les recommandations du rapport de la commission de la drogue de l'ex juge Lam Shang Leen, le ministre souligne que bien avant les conclusions de la commission, certaines des mesures préconisées ont été mises en place cette année. 

Par exemple, la prise en charge psychosocial et la création d’une unité à l’hôpital de Montagne-Longue dédiée aux usagers de drogues mineurs.

Anil Gayan ministre de la Santé veut remplacer la méthadone dans le programme de substitution

Dr David Mété, addictologue, qui exerce au CHU de Bellepierre, à La Réunion, vient s’ajouter à celle des ONG mauriciennes qui ne comprennaient pas pourquoi le ministère de la Santé voulait remplacer la méthadone dans le programme de substitution.

Anil Gayan, ministre de la Santé à l'époque, multipliait les déclarations en avançant que

« la méthadone est pire que l’héroïne et que le programme de substitution est un échec ».

Ou encore que la maladie d’Alzheimer serait liée à ce médicament… 

Le Dr Mété a dénoncé les « contre-vérités hasardeuses » du ministre de la Santé. Arguant qu’Anil Gayan, en « diabolisant » le traitement à la méthadone, balaie d’un revers de main « 50 années d’études et une expérience au niveau mondial » qui prouvent que la méthadone est un « traitement sûr et efficace ».  

Suite à l'article du Dr. Mété, Anil Gayan avait affirmé qu’il ne fait pas grand cas de cet article et omet volontairement de dire qu'il a cessé le traitement de façon radical pour près de 300 patients en danger de vie et de mort !

Ce monstre en bêtises généralisées avait surpris plus d’un au Parlement, en déclarant qu’il s’était basé sur le moteur de recherche Google afin de décider de l’arrêt de la distribution de la méthadone.

Google. C'est comme si demain, nous devenons docteur grâce à Google ou parce qu'on a lu " devenir médecin pour les nuls". Et de ce fait on se donne le droit de prescrire des antibiotiques à des malades ou pas.

Rédigé par Administrateur ZinfosMoris le Jeudi 2 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.