Politique

Même après son transfert, Dass Appadu continuait à donner des directives au personnel de la State House

Jeudi 15 Novembre 2018

C’est ce qui ressort de l’audition de Bibi Taslima Khodadeen. Cette Assistant Permanent Secretary dans un ministère était affectée à la State House à l’époque.

Elle a indiqué que même après son transfert du Château du Réduit, Dass Appadu y était souvent et, mieux, il donnait des directives aux membres du personnel. 

Elle a aussi indiqué avoir signé des documents officiels pour le compte de la Secrétaire à la présidence.  À une question du président de la commission, le juge Asraf Caunhye, Taslima Khodadeen a répondu qu’elle n’a fait que suivre les instructions de Dass Appadu. D’ailleurs, a-t-elle ajouté, ce dernier écrivait souvent les discours de l’ex-Président Gurib-Fakim même après qu’il ait été muté de la State House. 

Taslima Khodadeen s’est aussi dit dans l’incapacité d’expliquer pourquoi, à un certain moment, il y avait deux secrétaires administratifs au Château du Réduit, à savoir Dass Appadu et Nirmala Bheenick. 

Il a été beaucoup question des pages manquantes dans les agendas officiels de la State House. C’est Priya Darshini Jana, celle qui a remplacé Sadhna Seechurn en tant que Confidential Secretary, qui a évoqué ce sujet. Elle a donné les dates des pages qui ont été enlevées. 

Doomun Kumar Rama est un autre témoin à avoir été interrogé ce jeudi. Il a été question des demandes d'accès au VIP Lounge. Il a confirmé qu'il y a bien eu 16 demandes pour Alvaro Sobrinho entre octobre 2015 et février 2017 venant de la Présidence. José Pinto adressait les requêtes à  Dass Appadu, qui faisait les demandes auprès du bureau du Premier ministre. 

Preety Geerdharry, autre membre du personnel de la State House, a déclaré que la lettre d’Ameenah Gurib-Fakim, dans laquelle elle dit se retirer de toutes les activités de Planet Earth Institute, n’a pas encore été retrouvée.

Rédigé par E. Moris le Jeudi 15 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.