Menu


Politique

Médicaments : Les éléments troublants révélés par Shakeel Mohamed


Rédigé par E. Moris le Mardi 23 Juin 2020



Encore un discours de haute facture du whip de l’opposition. Mais ce que l’on retient de l’intervention de Shakeel Mohamed sur le budget additionnel que le Parlement est appelé à approuver ce mardi.

Il a brandi la copie d’un courriel que le directeur de Hyperpharm Ltd a envoyée au Senior Chief Executive du ministère de la Santé. Dans cette communication, datée du 12 mai, Ashvin Bundhun informe le haut-cadre que le stock d’une série de médicaments est soit épuisé ou est sur le point d’être épuisé dans les hôpitaux.

Scandale pharmacteutique : Boolell exige que les médicaments de d'Hyperpharm Ldt soient mis en quarantaine

Le député de l’opposition de poser la question suivante : « Comment le directeur de Hyperpharm Ltd pouvait-il être au courant ? » Et de donner lui-même la réponse : « C’est qu’on le lui a dit ! Mais qui ? »

Un autre élément de ce courriel intrigue.

Apparemment, le directeur de Hyperpharm précise qu’il va livrer une autre série de médicaments et demande au Senior Chief Executive de faire le nécessaire pour que les documents relatifs à l’achat soient prêts. En fait, c’est pour accélérer le processus pour le paiement qu’il fait cette requête. 

Boolell accuse Bhundun et Hyperpharm Ldt d'avoir livré des médicaments sous standard à la Santé  

Shakeel Mohamed a aussi dénoncé le « rôle » joué par la State Trading Corporation dans l’importation des produits pharmaceutiques. Apparemment, c’est avec l’argent de l’organisme que les paiements pour l’acquisition de produits pharmaceutiques ont été effectués durant le confinement. Et Shakeel Mohamed de se demander pourquoi le Premier ministre, le ministre du Commerce et le ministre des Finances n’ont rien dit à ce sujet jusqu’ici. 

Rappelons qu’une somme de Rs 1,2 milliard a été dépensée pour acquérir ces médicaments. Shakeel Mohamed allègue que deux-tiers de ce montant pourrait avoir été empoché par Hyperpharm Ltd. Et de dire que s’il a tort, qu’on vienne lui donner les chiffres.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.