Menu



Société

Me Rashid Ahmine évoque « le rôle crucial » des médias dans le combat contre la corruption


Rédigé par E. Moris le Mardi 4 Mai 2021

L’adjoint du DPP souligne l’importance des whistleblowers et soutient qu'il faut des lois spéciales pour protéger les whistleblowers. « Il faut accorder une protection à ceux qui dénoncent ».



Un article très intéressant de l’adjoint du Directeur des poursuites publiques dans la dernière e-newsletter du bureau de Me Satyajit Boolell. Un texte qu’il faut cependant lire entre les lignes. Tout a été dit, ou presque par Me Rashid Ahmine.

Il affirme en conclusion que lorsqu’un gouvernement est confronté à une situation de crise, il doit certes prendre des mesures urgentes. Néanmoins, ce n’est pas pour autant qu’il faille se débarrasser des principales comme la transparence et la redevebilité (accountability) qui, pour Me Ahmine, demeurent vitales. Comprenne qui pourra ! 

Il va même jusqu’à évoquer « le rôle crucial » des médias dans le combat contre la corruption. Il soutient qu’outre les fonctions de fournisseur d’information et de garants de la transparence, les médias ont déjà fait éclater des cas de corruption concernant l’achat de produits utilisés pour le traitement des patients Covid. 

L’adjoint du DPP souligne un autre aspect de ce combat. Il évoque l’importance des whistleblowers. Il soutient que la loi n’encourage pas beaucoup les gens à venir dénoncer les pratiques de corruption ou des fraudes au sein des organismes et départements du gouvernement.

Selon Me Rashid Ahmine, pour prévenir et décourager les infractions aux règles éthiques, il faut des lois spéciales pour protéger les whistleblowers. « Il faut accorder une protection à ceux qui dénoncent », souligne-t-il dans l’article. 

Pour lui, afin de minimiser les risques de fraude, de gaspillages et d’abus, il est urgent d’introduire des mesures de sauvegarde additionnelles en cas de procédure d’urgence. Il soutient aussi que ceux impliqué dans les appels d’offres doivent faire un rapport sur leurs activités de manière régulière. Il prône aussi des mesures disciplinaires immédiates pour ceux qui ont fauté.

Mardi 4 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.