Justice

Me Raouf Gulbul démarre la procédure de révision judiciaire du rapport de la commission d’enquête sur la drogue

Jeudi 20 Septembre 2018

Dans un affidavit juré le 17 septembre et préparé par l’avoué Jaykhur Gujadhur, Me Raouf Gulbul réclament que les commentaires de la Commission d’enquête sur la drogue à son encontre soient déclarées injustes, déraisonnables et illégales.


Me Raouf Gulbul démarre la procédure de révision judiciaire du rapport de la commission d’enquête sur la drogue
Les pages 222 à 227 du rapport contiennent les commentaires faits par Paul Lam Shang Leen et ses deux assesseurs, Sam Lauthan et Ravind Domun, sur Me Raouf Gulbul. 

Selon l’homme de loi, sur ces six pages, la Commission d’enquête allègue :

qu’il s’est rendu coupable à plusieurs reprises de subordination de témoins ; qu’il a utilisé un téléphone spécial, assurant une confidentialité totale, pour parler avec ses clients en détention à la prison ; que ses honoraires proviennent de l’argent du trafic de drogue ; que des barons de drogue ont grandement financé sa campagne électorale en 2014 ; qu’il a donné des instructions à un de ses juniors pour déposer Rs 5 000 sur le compte d’un ressortissant indien condamné pour trafic de drogue et ; qu’il a utilisé sa position de Chairman de la Gambling Regulatory Authority pour aider des trafiquants à blanchir de l’argent provenant du trafic de drogue dans des casinos, des maisons de jeux et aux courses.

Raouf Gulbul estime que les commentaires de la Commission d’enquête constituent une violation des principes de justice naturelle et sont illégaux. D’autant, selon l’homme de loi, qu’il n’a pas eu un traitement équitable de la part de la commission. 

Me Raouf Gulbul souhaite que le rapport de la commission d’enquête soit expurgé des six pages en question. 

La plainte vise directement Paul Shang Leen, Sam Lauthan et Ravind Domun mais aussi l’État, l’Attorney General et le fonctionnaire Koosiram Conhye.

Rédigé par E. Moris le Jeudi 20 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.