Menu


Politique

Me Raj Nuckchady claque la porte du MMM après 30 ans au sein du parti


Rédigé par E. Moris le Mardi 20 Août 2019



Entre les claquements de portes, les congés politiques des membres fondateurs du parti ou les sanctions sous forme de motion, de blâme, carton jaune, avertissement, le Mouvement Militant Mauricien (MMM), un des plus vieux partis politiques mauricien est amené à s'éteindre sans grand fracas avec son leader, Paul Bérenger.

En cette période électorale, il y a les mariages mais aussi les divorces. Le Mouvement militant mauricien (MMM) continue inexorablement sa chute avec des démissions en tous genre.

Me Raj Nuckchady, membre du bureau politique du MMM et avocat du parti pendant plus de 30 années, a soumis sa lettre de démission hier au leader, Paul Bérenger.

Une missive cinglante où il n'y a plus de place aux compromis. Il ne souhaite plus prendre part des mauvaises décisions et stratégies qui sont imposées sur le parti par son leader.

Raj Nuckchady n'hésite pas à blâmer Paul Bérenger pour la perte de popularité et de crédibilité au sein de son électorat. Un parti qui a, dit-il renié ses principes.

Une réponse est attendue quand on sait que le leader mauve déphasé et opposé à toute réforme ou remise en question, insulte ceux qui s'opposent à lui en qualifiant "d'abjecte et d'infecte" toute forme de résistance. 

Pour rappel, le MMM connait depuis plus de dix huit ans une succession d'échecs avec des stratégies d'alliance désastreuses. Sans compter le caractère d'un leader aigri, irascible, et d'humeur "emmerdée" dès la moindre critique à son encontre.

Les militants et fidèles de la première heure sont désabusés et ne suivent plus les consignes de vote du leader aveuglément. Une certaine presse qui avait méthodiquement misé sur le leader Bérenger depuis des années commence à lâcher du lest, signe que les temps changent. 


 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.