Régions Océan Indien

Mayotte : Un "essaim de séismes"

Samedi 1 Décembre 2018

L'île française est secouée par une sismicité inhabituelle depuis plusieurs mois. De nouvelles secousses atypiques aident les experts à comprendre.


Photo : (BRGM)
Photo : (BRGM)
Que se passe-t-il dans le sol de Mayotte ? Ce département français d'outre-mer, niché entre l'île de Madagascar et le Mozambique en Afrique, vit depuis plusieurs mois au rythme de tremblements de terre d'une intensité jamais ressentie.

Jusqu'ici, les habitants discernaient à peine un petit séisme par an, mais depuis la nuit du 10 au 11 mai, les choses ont radicalement changé.  

Didier Bertil, ingénieur au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) explique que le séisme, de magnitude 5,8, n'a provoqué que des dégâts légers. Il était toutefois beaucoup plus fort que le record connu jusqu'ici, celui de 1993 de magnitude 5,2.

Depuis, plusieurs secousses sont enregistrées par heure selon le scientifique. Les experts du BRGM, l'établissement public de référence pour les études du sol, ont donné un nom à cette crise inhabituelle qui dure depuis plusieurs mois : un essaim de séismes.

Le terme s'inspire de l'essaim d'abeilles, qui décrit un gros rassemblement de ces insectes au même endroit. "Il s'agit d'un système particulier, une cascade de tremblements qui se suivent dans la même zone, où il est toutefois difficile de distinguer un séisme majeur : c'est ce que vit Mayotte depuis le mois de mai", résume Didier Bertil. De même, le risque de tsunami a été étudié, puis écarté en raison des pentes immergées très importantes. Un profil géologique peu favorable aux déferlements marins.  

La théorie la plus cohérente aujourd'hui pour expliquer cette crise à Mayotte mélange à la fois les effets du volcanisme profond à ceux des mouvements de la tectonique des plaques. 

Photo : (BRGM)
Photo : (BRGM)

Rédigé par E. Moris le Samedi 1 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.