Menu


International

Maurice sur la liste noire de l'UE : la RBI en Inde, refuse une douzaine de demandes d'investissements


Rédigé par E. Moris le Mercredi 20 Mai 2020

Depuis le 7 mai 2020, la Commission européenne a inclus Maurice dans sa liste d’États qui présentent un risque financier en raison de lacunes dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.



En vertu de la législation européenne, les banques et autres établissements financiers et fiscaux sont tenus de surveiller de plus près leurs clients qui traitent avec les pays figurant sur la liste.

Les conséquences ne se sont pas faites attendre puisque la Reserve Bank of India (RBI) examine de près l'investissement étranger direct (IED) dans les sociétés financières non bancaires (NBFC) acheminé via des fonds de capital-investissement (PE) et de capital-risque (VC) domiciliés à Maurice, et a rejeté au moins une douzaine des demandes d'investissements ou d'acquisitions entièrement nouvelles.

La RBI est d'avis qu'elle ne peut pas exercer une diligence satisfaisante pour l'octroi de l'enregistrement parce que le financement provient d'une juridiction qui a été identifiée par le Groupe d'action financière (GAFI) comme ayant des mesures faibles pour lutter contre le blanchiment d'argent et le terrorisme ...

Mis en place dans les années 1990, l’offshore mauricien selon l’Agence mauricienne de promotion des activités financières compte 967 fonds d’investissement, 450 structures de capital-risque et 23 banques internationales.

Rappelons que le rapport commandité par le Securites and Exchange Board of India (SEBI) de l’Inde et un autre de l’Eastern and Southern Africa Anti-Money Laundering Group (ESAAMLG) en Afrique, sont venus épingler la juridiction mauricienne depuis près de deux ans.

Ces instances pointent du doigt Maurice en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Leur but étant de protéger les intérêts des investisseurs en valeurs mobilières et promouvoir le développement et la réglementation de ces marchés.

Le  Groupement d’Action Financière  (GAFI) place Maurice sur liste grise

Ils reprochent des failles mauriciennes permettant de se servir de la juridiction locale pour faire du blanchiment d’argent, du fait du manque de vigilance, de juridiction et de sanctions des instances régulatrices.  

Reportage du journal de l'Afrique France-24

Les Paradise Papers, basés sur des documents fuités du cabinet d’avocats fiscalistes Appleby, mettent également en exergue plusieurs cas où des capitaux douteux ont obtenu l’asile à Maurice.  Les Paradise Papers évoquent une pratique courante dans l’offshore mauricien, connu comme le «round tripping». Il s’agit d’investissements de sources mauriciennes arrivant en Inde, en Indonésie, en Thaïlande, mais aussi en provenance de l'Afrique du Sud.


 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.