International

Maurice lié aux attaques terroristes de Mumbai en 2008

Mercredi 20 Mars 2019

Des révélations qui ont l’effet d’une bombe ! Sur une radio privée mardi après-midi, Dev Jokhoo, ancien patron du National Security Service a indiqué qu’aucun pays n’est à l’abri du terrorisme.

Mais surtout il a révélé que les cellulaires des terroristes ayant commis les attaques terroristes à Mumbai  en 2008 avaient été alimentés de Maurice par le biais d’un Algérien qui vivait dans le pays. Ce dernier était établi dans le pays depuis quelques temps déjà.

Dev Jokhoo a fait une autre révélation. Il a indiqué qu’il y a aussi des Mauriciens qui ont rejoint les rangs de groupes terroristes.

Sans donner de nom, il a indiqué qu’un de nos compatriotes avait rejoint les rangs d’Al Quaida, plus particulièrement le groupe dirigé par Fazul Abdullah Mohammed, impliqué dans les attentats de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie.

Selon Dev Jokhoo, le Mauricien est même devenu un des principaux lieutenants du terroriste tué en 2011. 

Pour rappel, Le 26 novembre 2008, dix terroristes du Lashkar-e-Taiba, un groupe islamiste armé pakistanais, débarquaient à Bombay après avoir traversé la mer d'Arabie en bateau depuis la ville de Karachi, au Pakistan.

Une fois sur la terre ferme, le commando se scinde en cinq équipes de deux hommes qui partent attaquer six endroits fréquentés de la ville, parcourant l'agglomération pour faire le plus de morts possible. L'attaque dure trois jours environ et fait 166 morts. 

Notons également qu'un Mauricien, Chaitlall Gunness, un cadre de la State Bank à Maurice, a été assassiné par les terroristes auteurs de la prise d’otages qui a eu lieu à Mumbai les 26 et 27 novembre 2008.

Rédigé par E. Moris le Mercredi 20 Mars 2019


1.Posté par l''''antivol le 21/03/2019 07:47
Ah bon !
Pourtant à l'Île Maurice il n'y a ni requins, ni Chikigounia, ni Dengue, ni terroristes, ni trafics d'aucune sorte.
C'est la mondialisation.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.