Menu


Environnement

Marée noire à Pointe d'Esny : Incompétence, mauvaise gestion de la crise et manque flagrant de communication..


Rédigé par E. Moris le Jeudi 6 Août 2020

Le vraquier Wakashio est drossé sur les récifs de Pointe d’Esny depuis 12 jours et il dispose dans sa cale de 3 800 tonnes d’huile lourde.



Incompétence, mauvaise gestion de  la crise et manque flagrant de communication...les mots sont lâchés. Est-il trop tôt pour faire le bilan ? Non, à en croire tous ceux qui ont tiré la sonnette d'alarme depuis près de dix jours.

Une brèche dans le Wakashio a été relevée par les autorités, ce jeudi 6 août à Pointe d'Esny. Les images parlent d'elles-mêmes. (voir diaporama ci-contre)

Sur les récifs à Pointe d'Esny, on aperçoit clairement une marée noire. « La façon dont les choses évoluent, les 3 800 tonnes d’huile du navire finiront dans l’océan », estime pour sa part l'océanographe, Vassen Kaupaymuthoo.

L’écologiste Sébastien Sauvage, de l’association Eco-Sud, a aussi réagi à la fuite d’huile dans le lagon et aux menaces de marée noire dans les lagons du Sud-Est. 

« La situation d’aujourd’hui est le résultat d’une suite infernale de mauvaises décisions du gouvernement de Maurice ». « C’est un scandale du début à maintenant et à tous les niveaux. Ils ont été incapables de prendre des décisions. Ils font tout dans l’opacité et viennent dire que tout est under-control ».

Effectivement les autorités depuis hier, n'ont pas hésité à parler « d'images manipulées et trompeuses » venant de la presse, des citoyens et des écologistes qui ont tiré la sonnette d'alarme.

Le navire ne coule pas : le Wakashio se repose tranquillement sur le sable pour ne pas abîmer davantage sa coque et les récifs, avait affirmé l'inspecteur Shiva Coothen, il y a 24 heures.

Pour rappel, par le biais d’un communiqué, les autorités ont confirmé au courant de la journée qu’il y a une brèche dans le vraquier et une fuite d’huile. Et ce, après avoir démenti hier que le vraquier prenait l’eau.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.