Menu


Société

Marche historique à l'île Maurice : Une marée humaine dans les rues de la capitale


Rédigé par E. Moris le Samedi 13 Février 2021



"Angus Road we wants answers", "Gouvernma Jugnauth Mafia ?", "We demand General election", "I love my country, I’m ashamed of my government", "Time to Go", "Get Lost Return our country", "Pinokio soucer Disan", "BZTD », « Pra-20 we revoke you"...

Explosion de colère dans les rues de la capitale ce samedi 13 février. Des dizaines de milliers de Mauriciens arborant des drapeaux mauriciens ont appelé le Premier ministre Pravind Jugnauth à la démission.

Aujourd'hui dans les rues de Port Louis, le peuple à scandé son nom de nouveau avec mépris et dégoût, tout comme lors de la manifestation du 29 août. Après 52 ans d’indépendance, il semble bien que la plus acclamée des démocraties africaines soit au bord de l’explosion. Une véritable crise secoue le pays où le gouvernement en place et les élites politiques sont montrés du doigt. 

Abus de pouvoir, corruption et népotisme couronnent le palmarès du gouvernement et expliquent la colère des Mauriciens.

Elu lors d'une élection législative contestée, Pravind Jugnauth leader du MSM, un parti hérité de son père qui l'avait fondé, voit sa carrière politique menacée à la suite de son incompétence et d'une mauvaise gestion des problèmes d'état. Le peuple réclame son départ.

Les principaux leaders des partis politiques de l’opposition aussi bien que le leader de l’opposition ont participé à la marche citoyenne accompagnés de l’activiste social Bruneau Laurette. Également présents, l'ancienne présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, ainsi que des représentants de Rezistans ek Alternativ, d'ONG, des syndicalistes, entres autres, Anil Gaya, Bashir Jahangeer, Ken Fong, ancien maire de beau-Bassin-Rose/Hill et membre du ML.










1.Posté par KIPKA le 14/02/2021 09:31
A voir les Pancartes,c'est clair,non ??????.....ce n'est qu'une question de temps.........

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.