Menu



Politique

Marche citoyenne du 13 février : une lettre a été adressée à « 430 mouvements syndicaux »


Rédigé par E. Moris le Mercredi 27 Janvier 2021

Lors d’un point de presse ce mercredi 27 janvier, le leader de l'opposition a invité les Mauriciens à se joindre à la marche du 13 février qui se tiendra à Port-Louis. « Ce sera la marche de tous les citoyens », a-t-il dit.



Pour Arvin Boolell, «Nous voulons faire passer un signal fort. Nous vivons trop d’injustice et ce gouvernement a un effet maléfique sur le pays». Autre point important, le leader du Reform Party, Roshi Bhadain, sera présent à la prochaine réunion des leaders des partis de l’opposition parlementaire, le 6 février.

Une invitation est également lancée auprès de Dev Sunnasy et Ivor Tan Yan du parti 100% Citoyens, les activistes Bruneau Laurette et Ivan Bibi ainsi que plus de 430 groupes de mouvements syndicaux à rejoindre le mouvement. D’ailleurs, une réunion des trois partis aura lieu ce vendredi et aura comme invité Roshi Bhadain.

Arvin Boolell est revenu sur les propos du représentant de l’OMS, Laurent Musango, hier lors du lancement de la campagne de vaccination, et parle d’impair diplomatique. Il déplore par ailleurs qu’en raison des vacances parlementaires plusieurs questions liées à l’affaire d’emploi fictif de Yogida Sawmynaden et sur le Wakashio ne peuvent malheureusement pas être posées au parlement.

Le leader de l’opposition a aussi déclaré que les partis de l’opposition parlementaire commémoreront ensemble l’abolition de l’esclavage, le 1er février à Pointe-Canon, lors d’une cérémonie de dépôt de gerbes.

Mercredi 27 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.