Menu



Social

Manque de transports en commun dans la région de Saint-Hubert : grève de la faim depuis samedi


Rédigé par E. Moris le Mardi 16 Février 2021



Le conseiller de village et membre du MMM, Nitin Jeeha a entamé une grève de la faim depuis le samedi 13 février, en protestation contre le manque de transports en commun dans la région de Saint-Hubert, St Hilaire, Riche en Eau et Beau Jardin.

Exaspérés par le problème de transport, des conseillers ainsi que des habitants de ce village du Sud ont mis l'acte à la parole en entamant leur grève de la faim.

Le ministre du Transport et du Métro léger, Alan Ganoo affirme avoir discuté avec le General Manager de la Compagnie Nationale de Transport (CNT) pour résoudre ce problème. Selon Alan Ganoo, quatre nouveaux bus de la CNT desserviront la ligne St Hubert-Curepipe à partir du samedi 13 février 2021. 
Il explique que les habitants avaient demandé aux autorités de retirer les lignes 11 et 87 aux « autobus individuels » et de les offrir à la Corporation nationale de transport.

Selon Nitin Jeeha, les autobus individuels continuent d’opérer et aucune autorité n’est venue rendre visite aux grévistes pour entamer des négociations. C'est un problème qui dure depuis 2014. Il déplore que les autobus ne respectent jamais les horaires. « Ils font la pluie et le beau temps. Les habitants en ont assez, les élèves, chaque matin, sont en retard à l’école. Les personnes âgées et les femmes enceintes sont toujours en retard à leur rendez-vous à l’hôpital. Et les travailleurs doivent parfois attendre des heures ».

Si les autorités ont apporté des changements afin que des autobus de la Corporation nationale de transport desservent la région, Nitin Jeeha soutient que les changements apportés ne correspondent pas aux demandes des habitants. La situation a empiré. Plusieurs personnalités sont venus apporter leur soutien aux grévistes, à noter la présence de l'activiste Bruneau Laurette ce mardi.


Mardi 16 Février 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.