Menu


Politique

Manque de transparence sur la gratuité du Metro Express « pendant une certaine période »


Rédigé par E. Moris le Mercredi 7 Août 2019

Les travaux parlementaires ont été ajournés dans la soirée du mardi 7 août à 21 h 30. Ils reprennent ce vendredi 9 août à 15 heures. Avant l'ajournement, dix intervenants ont pris la parole sur 4 projets de loi relatifs au projet Metro Express, notamment le National land transport authority bill, le Light rail bill, le road traffic amendment 2 bill et le Victoria station overhead pedestrian bridge bill.



Lors des débats sur le National Transport Authority Bill au Parlement hier mardi 6 août, on apprend que le gouvernement qui avait annoncé que le lancement officiel du Metro express aurait été repoussé à la fin du mois prochain.

Aucune date n'a été avancée souligne Xavier Duval qui dénonce un manque de transparence sur ce projet.

Lors de l’arrivée de Mauricio, le premier tram, le 4 juillet dernier, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avait annoncé la gratuité du Metro Express « pendant une certaine période ». 
 
Le gouvernement n’avait d’autre choix pour cette option étant donné que le système de carte électronique ne sera pas prêt lorsque le Metro Express sera opérationnel en septembre. 

Le Metro Express n’emploiera pas de receveur. Il y a donc un système de cartes électronique qui va avec le projet. Larsen & Toubro a sous-contracté cet aspect des travaux à une firme mauricienne. Le gouvernement avait plusieurs choix. Il pouvait d’abord retarder la mise en opération du Metro, en attendant que le système de carte électronique. Ce qui lui aurait coûté politiquement. 

Il pouvait laisser opérer le Metro et engager des receveurs. Ce qui aurait posé problème lorsque le système de carte électronique aurait été prêt. 

Enfin, il pouvait laisser opérer gratuitement le Metro en attendant que le système soit prêt. On sait quelle option a été retenue.
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.