Faits Divers

Malaise et conflits à l'Université de Maurice

Mercredi 8 Août 2018

L'Université de Maurice au fil des années accumule plaintes, scandales, dénonciations et allégations en tous genre.


Malaise et conflits à l'Université de Maurice
Des étudiants ont organisé un sit-in hier après-midi en protestant contre les nouveaux horaires d’ouverture de la bibliothèque de l’université de Maurice.

17 heures au lieu de 20 heures en semaine, une décision qui pénaliserait les étudiants, notamment ceux à temps partiel car ils ont cours en fin de journée.

La bibliothèque en ligne, lancée début juin, n’offre pas non plus une alternative pratique, puisque les salles d’informatique sont fermées hors des heures de bureau.

Les étudiants paient entre Rs 5000 et Rs 7000 de frais annuels pour utiliser les services de la bibliothèque.


Une rencontre doit avoir lieu entre étudiants et le Vice-Chancellor Dhanjay Jhurry et le Senior Management de l’université aujourd'hui. Au cas contraire, les étudiants menacent de manifester.

Le bras de fer ne manquent pas d'alimenter la vie quotidienne des étudiants au sein de l'Université

Quand ce n'est pas une polémique autour de la nouvelle faculté d'informatique ou lorsqu'une bourse est délivré à une proche d'un senior ministre ou encore un tea party à Rs 100 000 alors que l’UoM fait face à de nombreuses difficultés financières avec un déficit budgétaire d’environ Rs 100 millions. Les employés sont eux, sommés à des restrictions de toutes sortes notamment à diminuer la consommation d’électricité et les heures supplémentaires.

Les allégation malveillantes formulées par certains élèves à l’égard d’une chargée de cours n'ont pas arrangés les choses avec la Direction de l'Université.

Une magistrate soupçonnée de favoritisme au profit d’un groupe d’étudiants de l’Université de Maurice (UoM) a été lavée de tout blâme après un rapport du comité d’enquête qui avait été institué par la direction de l’UoM au mois de juillet.

Cette magistrate, qui travaille à temps partiel sur le campus de Réduit, faisait face à des allégations de fuites d’informations concernant des papiers d’examens au profit d’un groupe d’étudiants.


Le président de la Students’ Union, Saahir Goolfee est également pointé du doigt par la direction de l’université de Maurice (UoM)

La direction de l'université n'hésitant pas à le rappeler à l'ordre afin qu'il évite de dire des «faussetés» à la presse.

Si Saahir Goolfee défend son droit à la liberté d’expression, il n'empêche que ses prises de position sont souvent estimés "exagérées" et sont loin de faire l'unanimité.


Les multiples conférences de presse, walk-out, donnent lieu à des rapports conflictuels avec la direction de façon récurrente alors que de simples rencontres pourraient éviter des déballages injustifiées dans la presse font part les étudiants sur le campus. Ils estiment que tous ces conflits permanents nuisent à l'image de l'université.
 
Si les problèmes existent sur le campus, le bras de fer n'aide pas à une meilleure communication. Chose que le Président de la Student's Union semble faire fi malgré les critiques des étudiants à son égard. Son leadership est contesté car trop virulent et ne fait qu'attiser les tensions. 

 

Rédigé par E. Moris le Mercredi 8 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.