Faits Divers

Mails à caractère terroriste : La suspecte de nouveau admise à l’hôpital

Jeudi 9 Mai 2019

Celle qui avait été arrêtée au matin du 4 mai, en compagnie de son époux, pour envoi de message contenant des menaces terroristes devait être interrogée ce jeudi par les éléments de la cellule antiterroriste va reprendre.

Celui-ci avait démarré lundi mais a dû être stoppé, la suspecte ayant fait un malaise. L’habitante de Coromandel, âgée de 54 ans, avait alors été transportée à l’hôpital Jeetoo où elle a été admise.  

Elle avait quitté l’hôpital hier. Après quoi, elle a été traduite devant le tribunal de Rose-Hill où une accusation provisoire sous la Prevention of Terrorism Act a été retenue contre elle. Puis, elle a été reconduite en cellule. 

Mais Shajinaz Mohamud a été à nouveau admise à l’hôpital aujourd’hui. Sa convocation a été repoussée à une date ultérieure. Elle est représentée par l’avocat Assad Peeroo.  

Quant à l’époux de Shajinaz Mohamud, il est représenté par Me Razack Peeroo. Mari et femme sont soupçonnés d’avoir envoyé des courriels au bureau du Premier ministre ainsi qu’à d’autres organismes dans lesquels ils évoquent la présence de bombes. Cela, après que la mosquée de Rivière Citron ait  fait l’objet d’un acte de vandalisme le 22 avril.  

Lors d’une perquisition à leur domicile, la police a retrouvé des coupures de presses portant sur des reportages d’actes de terrorisme.

Pour rappel, le couple originaire de Valée Pitot et habitant à Coromandel est soupçonné d’être les auteurs de plusieurs menaces terroristes envoyées par e-mail au gouvernement ainsi qu’aux médias en 2015 et 2016. Les courriels incriminés faisaient état d’attaques terroristes contre des bâtiments publics, comme la Cour suprême ou aussi des postes de police du pays.

Rédigé par E. Moris le Jeudi 9 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.