Menu



Politique

Loin de Angus Road, Kobita Jugnauth présente au “Women In Trade Forum” à Londres


Rédigé par E. Moris le Lundi 8 Novembre 2021



Qui dit réouverture des frontières, dit retour des "per diem" pour les élus de la République.

Certains n'ont pas attendu le Premier ministre, Pravind Jugnauth, pour défiler dans des salons feutrés à travers le monde. Majeur et vacciné, sous le prétexte fallacieux de faire rayonner le pays et encourager les opérateurs du tourisme, Obeegadoo avait fait un saut à Paris avant d'assumer la suppléance de Premier ministre par intérim, en l'absence du principal concerné.

Kalpana Devi Koonjoo-Shah, la ministre de l’Egalité du genre fait partie de la liste des petits chanceux qui sous prétexte de représenter Maurice, a voyagé et profité d'un séjour tout frais payé à Dubaï, où le pavillon mauricien a été officiellement inauguré par l'ambassadeur "itinérant" des Emirats Arabes Unis et de l’Arabie Saoudite à Maurice, Showkutally Soodhun. Nilen Vecandasmy de la MTPA, réputé pour dilapider les fonds publics en pleine pandémie avec un honteux contrat de Rs 400 millions avec le club de foot de Liverpool, se retrouve aussi à Londres paradant dans un salon international. 

Si le ministre de l’Environnement Kavi Ramano fait partie de la "délégation" de Pravind Jugnauth à la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP 26) à Glasgow, c'est la présence et participation de Kobita Jugnauth à Londres à l'occasion du ‘Women in Trade Forum’ en tant qu’invitée d’honneur qui a été très remarquée. Elle n'était pas venue seule. L'incontournable Padayachy, ministre des Finances, fait aussi partie du voyage. Nul ne sait si il tient les comptes des dépenses avant de demander à la population de se serrer la ceinture par "solidarité" en période de récession économique. 



 

Lundi 8 Novembre 2021


1.Posté par Caro le 09/11/2021 06:01
Ils sont tous partis à Londres, Paris pour finir de liquider Maurice…. BRAVO!!!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.