Menu


Faits Divers

Lockdown Island : Une candidate de télé-réalité porte plainte pour « actes de violence »


Rédigé par E. Moris le Lundi 22 Juin 2020

La diffusion de la première télé-réalité mauricienne est prévue pour le 27 juin prochain.



Pas encore démarré, l'émission est déjà sous le feu des critiques. La version mauricienne de la télé-réalité Big Brother, une émission qui consiste à enfermer pendant plusieurs semaines un groupe et à le filmer en permanence, tout en faisant voter les internautes pour qu’ils décident quels candidats éliminer, est dans la tourmente depuis les révélations d’une affaire de violence présumée.

Une participante de cette première édition, a porté plainte. La jeune femme, âgée de 29 ans et habitante de Port-Louis, assure avoir été agressée dans une chambre filmée alors qu’elle n'était pas consentante.

Dans une villa, 18 « influenceurs » en mode « lockdown » à Grand-Baie.

Depuis ce bad buzz, à l'heure des hashtags Metoo ou Balance ton porc, de grandes entreprises , réfléchissent à mettre fin à leur parrainage publicitaire. Rappelons que le producteur de l'émission, Jérôme Appavoo de Holdem Events et la co fondatrice, Meritesse Beeharry avaient annoncé en grande pompe sur les réseaux sociaux, cette nouvelle émission présentée par Martine Fong.

Dès le début du tournage le 7 juin, premier couac.

La plaignante affirme avoir été filmée dans un lieu privé sans son consentement. Le 10 juin, alors qu’elle se trouvait dans la chambre d’une villa avec deux candidats, une personne est entrée en lui attachant les mains et l’a bâillonnée avec une bande adhésive. Lui imposant une cagoule sur la tête, il l'aurait  transportée jusqu'à une estrade. « Au début, j’avais cru que c’était un membre de l’équipage et qu’un scénario improvisé était en cours. J’ai coopéré », a expliqué la malheureuse candidate aux enquêteurs.

« J’ai été emmenée par la suite sur un podium où se trouvaient d’autres candidats pendant que le tournage était en cours. Les scènes étaient brutales. Je n’ai jamais consenti à participer à ce genre de jeu ».  Humiliée, elle a rangé ses affaires et pris la porte, malgré le fait que le producteur de l'émission a proposé un "arrangement". La police a ouvert une enquête.

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.