Menu


International

Liverpool Football Club : Action for Primates demande au club de faire pression pour la fin du "Monkey Business" à Maurice


Rédigé par E. Moris le Mardi 11 Août 2020

Chaque année sont exportés dans le monde entre 1 500 et 2 000 macaques en provenance de l’île Maurice, où ces animaux sauvages sont piégés et enfermés pendant des années dans des enclos de ciment et d’acier sans aucun type de végétation, l’objectif est qu’il se reproduisent.



Long-tailed macaques, Mauritius Photo credit Trevor Walker
Long-tailed macaques, Mauritius Photo credit Trevor Walker
Le partenariat de Liverpool FC conclu avec la Mauritius Tourism Promotion Authority et le Economic Development Board Mauritius en tant que partenaire officiel du tourisme et du développement économique du club, semble créer plus de soucis pour l'image du club qu'il ne le pensait.

Après l’Irlandais John McAreavey, dans l'affaire du meurtre de son épouse Michaela Hart , c'est au tour de Action for Primates de monter au créneau.

John McAreavey avait déclaré que le Liverpool FC devrait reconsidérer leur accord avec l'île Maurice.

 

Liverpool Football Club : Action for Primates demande au club de faire pression pour la fin du "Monkey Business" à Maurice
Maurice est l'un des plus grands exportateurs mondiaux de primates pour l'industrie mondiale de la vivisection et est le principal fournisseur de singes aux laboratoires britanniques.

C'est ainsi que Action for Primates, exige du Liverpool FC d'user de son influence pour aider les singes de Maurice, en exhortant le pays à cesser de s'impliquer dans le commerce des primates pour la vivisection. Une pétition en ligne qui a récolté plus de 55 000 signataires.

Depuis 2006, Maurice a exporté plus de 100 000 primates vers des laboratoires en Angleterre, en Espagne, en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis, pour des tests pour des produits pharmaceutiques et cosmétiques. 

 

Liverpool Football Club : Action for Primates demande au club de faire pression pour la fin du "Monkey Business" à Maurice
5 centres d’élevages sont présents dans l’île et dont l'actionnaire principale est le groupe IBL. 

Cinq compagnies mauriciennes se partagent cette manne providentielle de la nature et sous prétexte que ça fait vivre plusieurs familles en terme de création d'emplois (2000 personnes). Qui plus est avec un atout imparable : une taxe spéciale de Rs 3 750 par singe exporté, versée au National Parks and Conservation Fund. 


 

Liverpool Football Club : Action for Primates demande au club de faire pression pour la fin du "Monkey Business" à Maurice
La liste des entreprises qui exploitent les macaques à des fins de laboratoires à Maurice :

Bioculture Ltd avec un chiffre d'affaire en 2016 de Rs 462 208 939. Actionnaires : Rogers Corporate Service, Owen et Mary Griffiths, les propriétaires de La Vanille Crocodile Park, et Mary Elizabeth Rountree.

Noveprim Ltd avec un chiffre d'affaire en 2017 de Rs 429 227 000. Avec comme président Arnaud Dalais, président du groupe CIEL. On rapporte qu'un laboratoire américain aurait payé cash près de Rs 500 millions pour acheter 40 % de l'actionnariat du groupe.

Campêches Ltd avec un chiffre 2017/2018 de Rs 95 779 224.

Le Tamarinier Ltd avec un chiffre d’affaires de Rs 49 362 061 avec comme actionnaire principal  l’entreprise française CiToxLAB et des entrepreneurs locaux.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.