Menu

Société

Liberté d'expression : Ravi Rutnah avoue être toujours affecté par l’épisode « femel lichien »


Rédigé par E. Moris le Mercredi 24 Novembre 2021



Ravi Rutnah est intervenu dans le débat sur les amendements prévus à l’Independent Broadcasting Authority. Et ce qu’il a dit est digne d’intérêt.

Pour lui déjà, le fait qu’une loi ait été votée en 2000, 21 ans après, il est tout ce qu’il y a de plus normal qu’elle soit revue. Sauf que Ravi Rutnah, sur une radio lundi, a laissé transparaître qu’il est toujours affecté par l’épisode « femel lichien », où il avait été amplement critiqué pour un terme très condamnable. Il ne pouvait s’empêcher d’y faire allusion lors de son intervention sur la radio lundi.

Ce qui l’amène d’ailleurs à souligner que « la liberté d’expression n’appartient pas uniquement aux journalistes mais à tous les citoyens de l’île Maurice ». Qui n’est pas d’accord avec lui ? Est-ce qu’il ne pense pas que le gouvernement tente de restreindre la liberté des radios à travers les amendements à l’IBA Act et celle des citoyens à travers la Cybersecurity and Cybercrime Bill ?

Ravi Rutnah a beau expliquer qu’il ne fait plus de politique et qu’il n’est pas le porte-voix du gouvernement, n’empêche qu’il est l’un des chiens de garde du régime de Pravind Jugnauth. Pour répondre aux adversaires sur l’IBA Amendment Bill, il est là ! Pour défendre la STC, Ravi Rutnah était toujours là… Et l’on se rappelle qu’il avait déclaré, lorsqu’il a indiqué à la magistrate Vidya Mungroo-Jugurnath, qu’il était le watching brief de la STC qu’il ne travaillait « décidément pas pro bono » !

Cela pourrait surprendre, mais il faut des Ravi Rutnah dans des débats. Il faut des gens qui n’ont pas peur du ridicule et de faire passer des boas pour des couleuvres et d’inciter la population à des avaler. Ravi Rutnah, c’est mieux que Dior, oui j’adore !

Mercredi 24 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.