Menu

Politique

Lettre anonyme : Duval parle de « complot au cœur de l’État » et demande à Collendavelloo de démissionner


Rédigé par E. Moris le Samedi 13 Août 2022



En conférence de presse du PMSD ce matin, Xavier-Luc Duval a évoqué l’affaire ayant trait à la lettre anonyme, dans le sillage de la démission d’Ameenah Gurib-Fakim comme chef de l’État. Il a déclaré que tout le monde connaissait l’existence de cette « fausse lettre » depuis plusieurs années.

« Mais désormais elle vient éclabousser le centre du pouvoir. Car il faut rappeler que, parmi les conséquences de l’affaire Sobrinho, quatre membres de la Financial Services Commission, dont le Solicitor General, avaient démissionné à l’époque, le contrat du Gouverneur de la Banque de Maurice n’avait pas été renouvelé et une présidente de la République avait dû soumettre sa démission », a-t-il déclaré. 

Pour Xavier-Luc Duval, la fabrication et l’envoi de la lettre anonyme n’avait pas pour but de pousser Ameenah Gurib-Fakim à la démission. Car celle-ci avait déjà envoyé sa lettre. Selon lui, la lettre, qui évoquait des parlementaires et proches de l’ancienne présidente qui avaient bénéficié des largesses d’Alvaro Sobrinho, visait Ivan Collendavelloo. « C’était une façon de le miner et de l’éclabousser. Ivan Collendavelloo ne peut plus justifier sa présence au sein de l’équipe gouvernementale. Jamais un ministre n’aura été autant humilié », a déclaré. Et d’ajouter que la lettre anonyme vise doublement Ivan Collendavelloo car Ameenah Gurib-Fakim était le choix du Movman Liberateur. D’ailleurs, le ML a perdu ce poste depuis, a-t-il précisé. 

Xavier-Luc Duval a donc invité Ivan Collendavelloo à se retirer immédiatement de la majorité gouvernementale.

Samedi 13 Août 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.