Menu


Société

Les systèmes de radars côtiers à Gris-Gris, Agalega et Saint-Brandon ne sont pas opérationnels


Rédigé par E. Moris le Mardi 18 Août 2020



Le Premier ministre, a révélé lors du Prime Minister’s Question Time (PMQT) à l’Assemblée nationale, ce mardi 18 août,  en réponse à l'opposition, sur les systèmes de surveillance de la National Coast Guard (NCG) et le naufrage du Wakashio, que Trois Coastal Surveillance Radar Systems (CSRS) du garde-côte national ne sont pas opérationnels. 

Gris-Gris, Agalega et Saint-Brandon sont concernés. Les CSRS qui se trouvent à Pointe-du-Diable, Grand-Gaube, Le Morne, Albion, Les Salines et Rodrigues sont opérationnels, selon le Premier ministre. Pravind Jugnauth a indiqué que le CSRS chargé de la surveillance à Pointe d’Esny, soit le CSRS de Pointe-du-Diable, est en bon état.

Pravind Jugnauth, a souligné que le pays dispose d’autres moyens d’assurer la surveillance de sa zone maritime exclusive, soit  l’Automatic Identification System, le Vessel Monitoring System, le Global Martime Distress and Safety System ou encore l’Indian Ocean Regional Information Sharing.

Le Premier ministre a répété à qui voulait l'entendre que si aucune tentative n'a été faite pour s'approcher du Wakashio en l'absence de réponse du capitaine pendant trois heures, c'est en raison de la météo. Le Fast Patrol Boat ne pouvait se rendre sur place à cause de l’état de la mer et les autres bateaux qui se trouvaient à Port-Louis, ne pouvaient arriver à Pointe d’Esny à temps.

Des éléments troublants révélés par Bruneau Lorette

Pourtant selon Bruneau Laurette, le Jakia, un bateau taxi privé, a accosté le Stanford Hawk, un remorqueur qui se trouvait non loin du MV Wakashio. Arrive peu après un autre remorqueur, le VB Cartier qui fait le tour du Stanford Hawk à Pointe d’Esny, qui n'a cessé de zigzaguer d’une façon qui dépasse toute logique selon Bruneau Laurette, du 1er au 5 août.

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.