Menu

Société

Les révélation de Sherry Singh : putsch politique ou bluff ?


Rédigé par E. Moris le Lundi 4 Juillet 2022

Comme dans une partition, la démission s'est faite en trois temps.



@ GIS Mauritius
@ GIS Mauritius
Depuis la démission du directeur général de Mauritius Telecom le jeudi 30 juin, les secousses sont importantes dans les plus hautes sphères de l'Etat. Ce putsch venant de l'intérieur de Lakwisin est une surprise. Si les relations s'étaient détériorées depuis un moment entre Sherry Singh et le couple Jugnauth, les révélations sont toutefois brutales et hautement dommageables.

Comme dans une partition, la démission s'est faite en trois temps. Dans un communiqué, Sherry Singh a déclaré qu’il s’en allait parce qu’on avait essayé de le « forcer à faire quelque chose qui était contre mes valeurs. », puis il y a eu un adieu digne d'un Maradjah et ensuite un entretien "à coeur ouvert" sur les ondes de Radio Plus et dans laquelle il a donné les raisons de sa démission et fait des allégations extrêmement graves contre le Premier ministre. Il a accusé Pravind Jugnauth d’avoir essayé de le forcer à introduire une « third party » étrangère dans le système de Mauritius Telecom pour contrôler le trafic sur internet ( mails, sites web, messages entrants et sortants) des Mauriciens. 

L'ancien membre de « Lakwizinn », a aussi balancé avec une certaine délectation sur les marmitons de Lakwisin avec en tête Kobita Jugnauth, l'épouse du Premier ministre surnommée "Lady MacBeth".

Mais c'est la posture de Sherry Singh qui pose problème. Selon les dires de l'ancien CEO, il ne peut en dire plus au risque de ternir l’image du pays sur le plan international et qui impactera les relations diplomatiques. De l'avis de tous les observateurs politiques, Sherry Singh doit clarifier certains points avec des preuves. Ce genre d'allégations s'apparentent à de la « haute trahison ».

Quand à la défense de Pravind Jugnauth qui demande que Sherry Singh porte plainte auprès de la police. C'est un peu limite, sachant qu'il est le ministre responsable de la police. Pour bien moins que çà, une simple caricature humoristique, la police ne s'est pas gêné pour interpeller des citoyens. Et face à des allégations aussi graves, mettant en péril la sécurité nationale, la souveraineté du pays et la liberté des Mauriciens, la tiédeur de Pravind Jugnauth pour déclencher une procédure reste perturbante. 

 

Lundi 4 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.