Edito de Moris

Les requins de la colère

Lundi 27 Août 2018

Les requins de la colère
Une dizaine de requins capturés à Grand-Gaube depuis janvier et les médias et réseaux sociaux s'enflamment. Le lagon de Grand-Gaube n’est pas seulement prisé des Mauriciens, touristes et pêcheurs. Les requins semblent aussi raffoler de ses eaux profondes.

Nos Laurel et Hardy du gouvernement, le ministre de la Pêche Prem Koonjoo assure que les fermes aquacoles sont vides et le ministre du Tourisme Gayan bravant les critiques a affirmé ne pas en avoir vu lors de sa visite en mer. 

Considérés comme des mangeurs d’hommes, les requins sont victimes d’un délit de sale gueule, une image davantage liée à une légende voir d’une psychose qu’à la réalité. Ils font en revanche partis des espèces les plus menacées.

10, c’est en moyenne le nombre de décès dus à des attaques de requin. Les éléphants et les tigres sont responsables de 100 décès par an, les crocodiles de 1 000 et le moustique est le plus dangereux avec 725 000 décès ! 
'On meurt plus de la noyade que d’une attaque de requins !'
En l'espace de dix années, 63 personnes dans le monde sont décédées après avoir été attaquées par un requin et ces attaques ont parfois contraint certaines plages à interdire la baignade, notamment à la Réunion, région qui recense 15% des attaques mondiales depuis 2011. 

A la Réunion, la réserve naturelle n’est pas seule en cause de la polémique. Les attaques de requin font suite à des comportements à risque, comme pratiquer des activités aquatiques au lever ou au coucher du soleil, périodes où les requins sont les plus actifs. Les concours de surf ouverts annuellement ont drainé sur place un nombre croissant d'estivants, augmentant par là même les probabilités de rencontres avec des prédateurs marins. Ce sont ces zones de « spots » qu'affectionnent les surfeurs qui sont aussi un élément d'attrait pour les prédateurs. 

Qui a la priorité sur l'océan ? Les surfeurs pour pratiquer leur sport ou les squales qui peuplent nos mers depuis 450 millions d'années ? Les requins sont apparus sur Terre il y a des millions d'années, mais il aura fallu moins de cinquante ans à l'homme pour vouloir les décimer. Menacés par la pêche massive pratiquée ainsi que la crise écologique désastreuse que nous traversons. 

A Maurice, pour faire démentir le gouvernement ou dénoncer l'aquaculture, on tue les requins. Pour une histoire de gros sous, les pêcheurs capturent et vendent la chair de requins pour la consommation et les ailerons dans le commerce. 

Tuer une femelle requin avec 35 petits dans le ventre c'est révoltant et barbare. On aurait pu les raccompagner en-dehors du lagon. À chaque fois qu'on trouvera un requin dans le lagon, on le tuera et on trouvera moyen de le parader comme un trophée de chasse ? 

Il y a toujours eu des requins dans le lagon. Il faut se poser la question de savoir si nos récifs de corail se dégradent et c'est ainsi que les requins entrent dans le lagon et pas juste à cause de l'aquaculture qui peut être un « véritable garde-manger » pour les squales. 

Si les requins ne sont pas dans la mer, parfois dans le lagon, mais où doivent-ils être ? Dans un oceanarium créer par l'homme pour l'homme ? Est-ce ainsi la version moderne de protéger des cétacés ou mammifères marins en les mettant dans des cages vitrées afin de susciter le "grand frisson" ? 

Il y a d'autres raisons pourquoi il y a tant de requins. Réchauffement climatique, manque de poissons à manger pour les requins, récifs dégradés. Situés en haut de la chaîne alimentaire, les requins, ces Seigneurs de la mer restent pourtant un régulateur essentiel pour les écosystèmes marins. 

Après l'abattage massif des chauves souris, une espèce pourtant primordiale pour l'écosystème. Et pour cause, les chauves souris sont les meilleurs insecticides naturels au monde, ceci sans empoisonner le sol et l'eau pour des dizaines d'années. À Maurice la nouvelle folie c'est la chasse aux requins ! L'homme ne veut plus s'adapter à son environnement, il faut que l'environnement s'adapte à ses propres règles.

Il y a une semaine, une invitation a été lancée au Japon, par le biais du ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo pour des accords de pêche avec Maurice. Cette nouvelle n'a suscitée aucune indignation ni un mouvement de protestations alors que le Japon est sur la sellette des critiques internationales pour ses pêches barbares entravant les accords de la communauté internationale.

Qu'on se le dise, les véritables requins sont plus sur Terre que dans la mer !

Rédigé par E. Moris le Lundi 27 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.