Politique

Les pleurnicheries de Ivan Collendavelloo

Mercredi 4 Mars 2020

Il dit être confronté à quatre contestations électorales. Et sans contrôle (de la cour, il sous-entend), Ivan Collendavelloo risque de se retrouver dans une situation très injuste !

C’est ce que le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, a déclaré dans un affidavit déposé mardi par son avocat Éric Ribot. Cet affidavit vise à demander à la cour suprême de mettre de côté, pour l’instant, la pétition électorale de Preetam Seewoochurn, candidat battu du Reform Party à Stanley/Rose-Hill, réclamant l’invalidation de son élection.

Le temps, selon Ivan Collendavelloo, pour la cour de statuer sur la plainte constitutionnelle des membres de 100% Citoyens. En bref, le Premier ministre adjoint demande à la cour de donner priorité au mouvement de gauche qui, dans la plainte de ses membres, réclame la tenue de nouvelles élections générales et l’invalidation des résultats des législatives du 7 novembre 2019.

Pour Ivan Collendavelloo, qu’une plainte constitutionnelle « a toujours priorité ». Mais rappelons que Me Roshi Bhadain, l’avocat de Preetam Seewoochurn, conteste la motion d’Ivan Collendavelloo. Le chef juge, Eddy Balancy, n’est pas non plus «convaincu » pour l’heure du bien-fondé de cette demande.

L’affaire sera appelée le 23 mars 2020.

Rédigé par E. Moris le Mercredi 4 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.