Menu



Politique

Les palabres de trois clowns du MSM alors que le pays est en urgence sanitaire


Rédigé par E. Moris le Samedi 20 Novembre 2021



Nombre de personnalités, dont Eleanor Roosevelt, se sont vu attribuer la phrase : « Les grands esprits discutent des idées, les esprits moyens discutent des événements et les petits esprits discutent des gens ».

Cela s’applique parfaitement aux trois députés qui ont fait perdre leur temps aux journalistes dans une pseudo conférence de presse ce samedi 20 novembre. Alors que le pays est en urgence sanitaire avec une situation chaotique où il faut demander de l'aide à la France pour un besoin d'oxygène, le gouvernement n'a rien trouvé de mieux que d'envoyer trois zouaves (Vikash Nukcheddy, Rajanah Dhaliah et Joanne Tour) pour faire les pitres.

Le Parliamentary Private Secretary (PPS) au n°7, Rajanah Dhaliah à la limite de la diffamation s'est attaqué au leader de l’Opposition, Xavier-Luc Duval, accusé des Dix Plaies d'Egypte. Selon lui, le leader du PMSD en portant à la connaissance des Mauriciens l'état sanitaire du pays, veut « créer une psychose » et « semer la panique au sein de la population ».

Les trois loustics sont d’avis que les membres de l’opposition mènent une campagne contre le ministre de la Santé et le régime MSM, et s’adonnent à de la « démagogie », tout en profitant de la crise sanitaire pour faire de la « politique sur le dos des cadavres et du business ».

Selon Rajanah Dhaliah, les membres de l’opposition « pe met pwazon dan latet dimounn ». Il estime que XLD doit mettre à disposition 13% de son salaire. La députée du No 4, Joanne Tour, à la limite de l'absurde a fait un appel aux jeunes politiciens : « Anou fer politik otreman, anou met latet ensam pou ki nou sorti dan sa pandemi-la ».
Les « Bin's Girls» : Kalpana, Subashnee, Joanne...

Samedi 20 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.