Menu



Politique

Les palabres de Subashnee Lutchmun Roy envers Rajesh Bhagwan et le MMM


Rédigé par E. Moris le Samedi 7 Août 2021



La conférence de presse de la majorité parlementaire a tourné une nouvelle fois à la farce. Si le ministre Avinash Teeluck et le député Kavi Doolup ont fait le show de la mauvaise foi, c'est la députée du no 4, ancienne animatrice radio de Radio plus, et ancienne fervente opposante de la dynastie Jugnauth, qui a assuré le divertissement.

Celle qui est connue pour brasser du vent avec un sens de l'orientation politique digne d'une girouette, a encore frappé. Nombre de personnalités, dont Eleanor Roosevelt, se sont vu attribuer la phrase : « Les grands esprits discutent des idées, les esprits moyens discutent des événements et les petits esprits discutent des gens ». Cela s’applique parfaitement à Subashnee Lutchmun Roy, qui s’est encore beaucoup démarquée pour ses changements d’allégeance mais pas pour la profondeur de ses réflexions. 

Subashnee Lutchmun Roy a déclaré avec convictions que le MSM « croit fermement dans la démocratie », de ce fait la novice en politique qui est à son premier mandat, s'est crue autoriser de flinquer des vétérans politiques. Sûrement pour attirer l'attention ou comme celle qui accuse les élus de l’opposition de « jouer aux acteurs », pour faire son petit cinéma.

Choisie comme candidate sur l'échiquier électoral et communal dans la circonscription no 4 (Port Louis Nord/Montagne Longue), celle qu'on surnomme "Barbara" pour ces quelques traits de caractère à Sandhya Boygah, a fait une nouvelle sortie qui se voulait spectaculaire contre les membres de l’opposition. Un peu comme une leçon apprise studieusement, la feuille de route était claire : avoir la tête des membres de l'opposition....mauve.

Dans son rôle de "maîtresse d'école" ou de la première de la classe, c'est avec un chapelet de remontrances, que madame la députée s'est crue bon de s'indigner en parlant de respect, de considération et de responsabilité... Et de s'en prendre principalement à Bhagwan, le député du Mouvement Militant Mauricien (MMM). Nul ne sait pourquoi cette cabale gratuite. Bien qu'il se peut qu'un conseiller très spécial continue de susurrer aux oreilles de la députée...

Rajesh Bhagwan a eu droit à une sortie en règle, sur des « on-dit et des commérages» rapportés à la députée. Prenant ces témoignages comme une vérité, l'ancienne animatrice radio, a balancé avec délectation des informations non vérifiées, ce qui lui vaudrait à coup sûr un joli procès en diffamation. C'est sous l'oeil consterné et véritablement gêné du ministre de la Culture et du patrimoine que celle-ci a donc déclaré :

« Missié Bagwhan li contan al partout dan so circosncription, li ale dans so bazar, al cot chauffeur taxi, marchand gato, et ou konne ki li al dire kan li al labas ? Guett mwa mo pou al fout ene beze dan parleman. Mo pou tire manze zordi, mo pou faire desordre et zot pas pou fouti coze.»

Répétant à l'envie d'être une «jeune», après la victimisation, les internautes ont eu droit à la pseudo humilité quitte à dire des bêtises « Zamais noune manque respect bann senior members». Ciblant  Joanna Bérenger, la députée s'est aussi retrouvée dans le collimateur de Subhasnee Luchmun Roy connue comme Subhasnee Mahadeo ou encore Subhasee M (selon son statut) avec un tonitruant : « Dilo suive canal». Plus grave encore, c'est la pique envers la députée en tant que mère de famille. Celle pourtant à la réputation sulfureuse, s'est octroyée le rôle de mère de famille "modèle" de deux enfants qui se réveille à trois heures du matin pour se rendre au travail, faisant accroire que telle n'est certainement pas le cas de Joanna Bérenger.

« Sa l'ecole qui appelle MMM, finn fini»

Avec un paradoxe déconcertant ou une mémoire qui flanche pour une « jeune députée», Subashnee Luchmun Roy a fait un parallèle avec les termes « papa/tifille», «taper Rajesh Bagwhan» ou encore «baby-sitter ». Oubliant volontairement la création d'un ministère spécial de ministre mentor pour le paternel de son « jeune leader Pravind Jugnauth». Payée Rs 74 350 par mois avec des allocations de Rs 74 450, Subashnee Luchmun Roy a compris que peu importe de dire tout et son contraire, l'important c'est de se sentir exister. Mais attention au retour de bâton lorsque le pouvoir monte à la tête et les informations vérifiées qui circulent déjà... 

Les « Bin's Girls» : Kalpana, Subashnee, Joanne...

Les "jeunes" aspirants politiques rattrapés par les limiers du Net

Le cirque politique à Grand Bassin avec Subashnee Mahadeo Lutchmun-Roy lavant les pieds des pèlerins 

Samedi 7 Août 2021


1.Posté par kersauson de (p) le 08/08/2021 13:30
faites une enquete, suivez la. elle a bien des defauts, un amant ..
peut etre boit elle ?
pistez là

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.