Justice

Les frères Bhoyroo ont tué Judex Bayroo, affirme Jean-Luc Murden

Vendredi 20 Septembre 2019

J’étais présent, mais je n’ai à aucun moment participé au meurtre de Louis Judex Bayroo. C’est en substance ce qu’a indiqué Didier Jean-Luc Murden en cour intermédiaire jeudi.

Cet habitant de Goodlands est accusé de complicité dans le meurtre du jeune homme alors âgé de 16 ans. Murden a incriminé Yannick et Diop Bhoyroo comme étant les meurtriers de Judex Bayroo en mai 2006.

Ses dépositions ont été lues en cour. Dans celles-ci, il a indiqué qu’il travaillait pour Diop Bhoyroo qui possédait une agence de sécurité. Son patron lui a demandé, ainsi qu’un ami, de se rendre chez Judex Bayroo et de l’emmener à La Chaumière où les Bhoyroo possèdent une ferme. Il a ajouté que Diop Bhoyroo lui a donné l’ordre de faire le guet pendant que lui et son frère Yannick étaient seuls avec la victime.

Grâce présidentielle à peine accordée à Diop Bhoyroo, son petit frère victime d'une agression

Il dit qu’à un certain moment il est venu voir ce qui se passait et a vu Judex Bayroo, pieds et mains ligotés, enfoncé dans une roue. Puis, Yannick Bhoyroo lui aurait mis quelque chose dans la bouche pour l’empêcher de crier, avant de l’asperger d’essence.

Enfin, Diop Bhoyroo a craqué une allumette, qu’il a lancée sur Judex Bayroo. De plus, selon Jean-Luc Murden, Diop Bhoyroo aurait aussi saisi une grosse pierre avant de fracasser la tête de la victime.

Il a affirmé qu’il avait peur des frères Bhoyroo. D’où son silence ! Mais l’affaire n’est pas aussi simple. Car une enquête judiciaire avait conclu le 17 octobre 2010 qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour incriminer Yannick et Diop Bhoyroo dans le cadre du décès de Judex Bayroo, qui est leur cousin.

 

Rédigé par E. Moris le Vendredi 20 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.