Société

Les étudiants de l’Université de Technologie de Maurice (UTM) font les frais de restrictions budgétaires.

Mardi 11 Septembre 2018

Le malaise est grandissant au sein de l'université. Quand ce n'est pas une polémique autour de la nouvelle faculté d'informatique ou lorsqu'une bourse est délivrée à une proche d'un senior ministre ou encore un tea party à Rs 100 000 alors que l’UoM fait face à de nombreuses difficultés financières avec un déficit budgétaire d’environ Rs 100 millions.


Les étudiants de l’Université de Technologie de Maurice (UTM) font les frais de restrictions budgétaires.
Les bras de fer ne manquent pas d'alimenter la vie quotidienne des étudiants au sein de l'Université avec la direction.

Après la décision de fermer la bibliothèque à 17 heures au lieu de 20 heures en semaine, une décision qui pénaliserait les étudiants, notamment ceux à temps partiel car ils ont cours en fin de journée.

Alors qu'il faut aussi le rappeler, les étudiants paient entre Rs 5000 et Rs 7000 de frais annuels pour utiliser les services de la bibliothèque. La bibliothèque en ligne, lancée début juin, n’offre pas non plus une alternative pratique, puisque les salles d’informatique sont fermées hors des heures de bureau. 

Si les employés sont sommés à des restrictions de toutes sortes notamment à diminuer la consommation d’électricité et les heures supplémentaires. C'est au tour des étudiants de participer aux frais de la cérémonie de remise de diplôme qui semble une provocation de trop !

Les étudiants auront à verser la somme de Rs 3 000, le 18 septembre au plus tard. Ceux qui ne pourront pas le faire ne seront pas autorisés à participer à la cérémonie de remise de diplôme.

Une discrimination qui risque de provoquer quelques remous.

Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Malaise-et-conflits-a-l-Universite-de-Maurice_a680.html

 

Rédigé par E. Moris le Mardi 11 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.