Social

Les employés licenciés de l’usine Palmar Ltée étaient réunis à Port-Louis lundi

Lundi 25 Février 2019

Il régnait une certaine euphorie dans les rues de la capitale, du côté du clan des Jugnauth à l'annonce officielle concernant le verdict du Privy council dans l'affaire Medpoint.


Capture écran.
Capture écran.
Les partisans de l’alliance Lepep et de l’état-major du MSM, se sont réunis du côté du bâtiment du Sun Trust à Port-Louis dans l'après-midi 25 février pour montrer leur solidarité et soutien à leur leader Pravind Jugnauth. 

Pravind Jugnauth et son armée d'hommes et de femmes habillés en orange pour la circonstance, sont venus célébrer l'événement à coups de champagne, embrassades et séance renouvelée d'allégeance au maître du parti.

Toujours dans les rues de la capitale, le contraste est saisissant, les employés licenciés de Palmar Ltd se sont regroupés au Jardin de la compagnie pour réclamer justice et des explications sur la dette de 600 millions de roupies, contractée par la firme.

Si la marche qui devait avoir lieu a été reportée pour des raisons inconnues, ils étaient très nombreux à vouloir rencontrer les représentants du ministère du Travail. 

La rencontre avec le ministre Soodesh Callichurn se déroulera le 7 mars, à 10h30. Le ministre était occupé à se rendre à la petite fête organisée pour son leader. A chacun sa priorité...

Pour rappel, 1300 employés se sont retrouvés du jour au lendemain sans emploi avec la fermeture de l’usine Palmar le 22 février. C'est par le biais d'un communiqué, que les receiver-managers Yacoob Ramtoola et Afsar Ebrahim ont annoncé la fermeture immédiate de l’usine.

Endettement, pertes accumulées et absence de liquidités ont engendré une vague de licenciements au sein des trois unités du groupe Lagesse à Mon-Loisir, Rivière-du-Rempart et Flacq.

Fermeture annoncée pour Palmar Ltd, 1300 employés n'iront pas au travail ce matin

Le nouveau Pravind 2.0

 
image.png image.png  (355.66 Ko)
image_3.png image.png  (355.66 Ko)

Rédigé par E. Moris le Lundi 25 Février 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.