Menu



Santé

Les dialysés mauriciens victimes de négligence médicale à grande échelle en période de la Covid-19


Rédigé par E. Moris le Mercredi 7 Avril 2021



Le ministre de la Santé lors du point de communication évite de parler d'un nouveau décès survenu ce mercredi matin auprès d'un patient dialysé mis en quarantaine. Ce patient de l’hôpital de Souillac négatif au coronavirus était en quarantaine à l’hôtel Tamassa.

La victime est décédée peu de temps après la fin de sa séance de dialyse. Il était en quarantaine à l’hôtel Tamassa depuis 13 jours. Ce, après que plusieurs membres du personnel soignant et des patients dialysés de l’hôpital de Souillac ont été testé positif à la Covid-19.

Un autre patient dialysé de l'hôpital serait dans un état de santé instable affirme ce soir le ministre de la Santé.

Dialysés testés positifs à la Covid-19 : Zouberr Joomaye dédouane la responsabilité du ministère de la Santé

C'est le deuxième décès d'un patient dialysé en quarantaine depuis la contamination à grande échelle à l'hôpital Souillac, qui est toujours fermé temporairement. 

Rappelons que la propagation du virus se traduit par un risque augmenté de contamination et dès lors, comme le patient insuffisant rénal est dans la catégorie des personnes à risque, son risque augmente de manière significative.

6 personnes ayant contracté le Covid-19 localement sont décédées depuis le 5 mars. 2 décès ont été officiellement considérés liés au coronavirus. Rappelons que suite à 33 patients contaminés à la Covid-19 enregistrés au niveau de l’hôpital de Souillac, 75 patients dialysés ont été placés en quarantaine. Par conséquent, l’hôpital de Souillac a été temporairement fermé. Les patients et le personnel de l’unité de dialyse ont été transférés dans des centres de quarantaine. 

Deux patients qui étaient sous dialyse testés positifs au Covid-19 sont décédés, mais ne sont pas comptabilisés comme décédés par le virus. Les autorités mauriciennes disent se baser sur le protocole de l'OMS mais selon, a priori leur propre interprétation, ce que dénonce les professionnels de Santé.
 
 
 
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.