Edito de Moris

Les colères et les espoirs de la jeunesse

Lundi 10 Décembre 2018

En 50 ans, les espoirs de la jeunesse ont beaucoup changé, leur expressions également, exit les manifestations et révolte syndicale, et place à internet. 50 ans plus tard, la bâtisseurs d'hier ne sont plus les mêmes. Les rêves sont finis, il faut se battre. 

Une autre forme de réussite qui n'est pas forcément matérielle ou financière, elle peut être l'épanouissement de soi-même. Se lever tous les matins et porter un projet pour lequel on a envie de se battre, même si c'est de l'associatif.

S'il y a donc encore de l'espoir sur le plan de l'épanouissement personnel, ce n'est plus le cas dans la politique : les 18-34 ans ne font plus confiance à la classe politique. Loin des débats de l'Assemblée nationale, de la stratégie de deux dynasties à vouloir s'installer ad vitam eternam à la tête du pays, les jeunes s'engagent dans le social, bénévolat, réchauffement climatique ou pour ce qu'ils estiment important.

Cette nouvelle génération ultra-connectée, nés dans les années 80-90 est la première génération d’adultes à faire face aux conséquences concrètes du réchauffement climatique. Ils subiront les conséquences du changement climatique sur la planète et sur la météo, ils subiront les conséquences du réchauffement climatique sur les entreprises, mais aussi sur la société en général. Ils seront les premiers à perdre de l’argent et du confort de vie à cause d’un réchauffement climatique causé par les générations précédentes. Ils subiront de plein fouet les conséquences sanitaires de la pollution de l’air, celles de la croissance des inégalités sociales, des crises politiques et économiques…

Pour toutes ces raisons, la génération Y semble plus sensible que les autres aux questions du développement durable, de l’éthique, de la justice sociale. Les jeunes nés après les années 1980 sont plus susceptibles que les générations précédentes de vouloir contribuer à améliorer la société. 

Depuis la création du site il y a 7 mois, Zinfos Moris a fait le choix de mettre en avant cette génération qui force l'admiration, le respect, l'émotion et l'exemple.

Alors que le débat fait rage concernant la réforme électorale et le maintien du Best System Loser (BSL), cette jeune génération aurait pu s'inviter à la discussion et donner un exemple du vivre ensemble extraordinaire, loin des divisions et communautarisme de nos élus.

Dans le cadre du 7 Summits Africa, Xavier Koenig et Teshil Gangaram, ont réussi l’ascension du Mont Kilimandjaro, le plus haut sommet d’Afrique avec ses 5 895m d’altitude dans une incroyable aventure sportive mais aussi humaine. Une expérience de vie unique, où il n'a jamais été question de leur différence sociale, ethnique, religieuse mais de leur ressemblance. Ils sont Mauriciens ! 

Ingrid Charoux, la "grande gueule" qu'on adore, cette nana aussi fragile que forte nous a mis une claque magistrale face à nos responsabilités civiques et citoyennes. Il y a Sam et bien d'autres qui téléphone au poing, devenant bien malgré eux des reporteurs sur le terrain, filment l'état du pays où les autorités dans un laxisme effrayant ont baissé les bras. Ils interpellent, dénoncent, agissent, revendiquent une île meilleure.

Loin d'être des "hippies bobos" , il y a ces jeunes qui sont revenus au pays comme Carina Gouden, et qui s'engagent dans l'intérêt commun. Gael Soupe, l'homme qui nous fait aimer la nature par ses aspirations vers la permaculture.

Plus haut et plus loin touchant les étoiles, Terence Saramandif, le plus jeune champion olympique de l'Histoire du pays. Anne-Murielle Ravina, originaire de Rodrigues suscitant un engouement populaire en représentant son île et Maurice dans une compétition internationale de beauté. Noemi Alphonse faisant de son handicap une force, relevant des défis sportifs les uns après les autres. Mayur Boodhun, un jeune homme qui manie le créole avec poésie et nous parle de l'amour qu'il porte sur son île.

Ranveer Gunessee, Pravi Leung Pack Wing, les frères Vrijnesh et Ashnev Soomaroo, Arun Teeluk, Giovanni Merle, Skizofan Le Balafré, Clarel et Christina Melin et tant d'autres...difficile de tous les énumérer mais pourtant si précieux, ils ont montré qu'on peut croire en nos rêves, tout étant des Mauriciens. 

Rédigé par E. Moris le Lundi 10 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.