Menu


Société

Les chiens ne font pas des chats !


Rédigé par E. Moris le Vendredi 18 Septembre 2020

Les chiens ne font pas des chats ! Si les parents nous ont habitués à quelques frasques et casseroles. Dans la rubrique People, les fils de et les filles de ne déçoivent pas. L'héritage politique ou familial est préservé avec un rare talent. Les frasques des enfants de stars vous fascinent ? Arrêtez tout. Cette lecture vous est dédiée.



Les frasques de Sohail, le fils de l'ex ministre de la Bonne gouvernance et des services financiers, Sudhir Sesungkur, adepte de Fast and Furious avait passionné le grand public.

Le Premier ministre avait grondé le papa et l'enfant, histoire de faire prendre conscience de son agacement face au petit récidiviste de la route. Il faut dire que le père n'est pas en reste. Lors d'un mariage il avait giflé un photographe !

"Étaler sans rougir sa profonde bêtise s'inscrit dans le tsunami de médiocrité qui a envahi le pays et conforte ainsi le mépris de ceux qui essaient de rester au sec".  
 
Le pire du pire, ce sont ces sombres idiots qui tirent un masochiste et raciste plaisir à exprimer leurs méchancetés. Le beau-frère du ministre des Infrastructures, Bobby Hurreeram, Senna Budlorun, fils d’un ex-dirigeant socioculturel, grand défenseur des Baboojee, dénué de finesse, menace, insulte, allume le feu sur les réseaux sociaux et joue les gros bras en rameutant sa meute. En tout cas, il veut à tout prix ne pas paraître insignifiant !

Au passage, on remarquera que la justice, une fois encore, semble bonne fille avec les méchants propos sur les blancs. Ces scènes tristement ridicules aura au moins le mérite de mettre le doigt très exactement sur le mal névrotique de l'époque présente. 

Rappelons que le père, Prakash Buldorun est aussi connu pour faire du remue-ménage.

Le vendredi 13 octobre 2017, accompagné d'une dizaine de membres de la Hindu Common Front Force , ils ont manifesté bruyamment devant les locaux de La Sentinelle et du Mauricien, à Port-Louis. Selon le président du front commun, Prakash Budlorun, cette manifestation avait pour objectif de dénoncer le «racisme» et le «communautarisme» dont, allègue-t-il, la presse ferait preuve. Dans la foulée, il a condamné le fait que des journalistes aient traité l'ancien Deputy Chief Whip Ravi Rutnah d’aboyeur.

Et la surprise du chef, dans ce rassemblement, se trouvait Dharmanad Mohun, un travailleur social, qui s'est dit outré d’avoir vu un poing sur le drapeau national, brandit par Bruneau Laurette ! Rappelons que l’avocat de Dharmanand Mohun n’est autre que Ravi Rutnah.



 



1.Posté par Karo le 18/09/2020 21:35
C est marrant comment ces gens se sentent toujours brimés alors que leur arrogance et leur mepris font d eux des racistes sans foi ni loi

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.