Menu

Société

Les assassins de Manan Fakoo toujours dans la nature


Rédigé par E. Moris le Mercredi 3 Février 2021



Après Vishal Shibchurn, multi récidiviste notoire et membre de la Hindu Shakti Sena, les services de Rama Valayden ont été sollicités par la famille de Manan Fakoo, assassiné par balles à Beau-Bassin. De son côté, Roshi Badhain a indiqué que ses services ont été retenus par l’un des suspects arrêtés par la police, après le décès de Manan Fakoo.

Les meurtriers de Manan Fakoo courent toujours

Il a rappelé que les deux suspects, Nitish Yerukanaidoo et Antish Gowry, ont été interpellés pour l’altercation qu’ils ont eue avec Manan Fakoo et d’autres "gros bras", connus comme le "Gand du Sud", à Grand Baie.  Ce qui fait, selon lui, que l’assassin de Manan Fakoo est toujours en liberté. 

Le défunt Manan Fakoo, avait défilé avec ces acolytes dans une démonstration de force dans les rues de la capitale pour soutenir Yogida Sawmynaden empêtré dans le scandale Kistnen. Swaste Rao Fakoo plus connu comme Manan, âgé de 56 ans, a été victime d'une attaque criminelle à bord de sa voiture, à quelques mètres de son domicile. Il est décédé deux jours plus tard.

Le Commissaire de Police, Khemraj Servansingh, en animant une conférence de presse aux Casernes centrales le 22 janvier, après le meurtre de Manan Fakoo tué à coups de balle, s'est voulu rassurant en affirmant avoir "la situation bien en main". "Il y aura des arrestations dans cette affaire et elles ne vont pas tarder" avait prévenu le commissaire de police Khemraj Servansingh.

Certes, il y a eu deux arrestations à ce jour, des armes qui datent de Mathusalem retrouvées miraculeusement dans une zone marécageuse et fait troublant voir accablant, l'arrestation des policiers à la station de Beau-Bassin pour non-assistance à personne en danger. Il leur est reprochés de ne pas avoir porté assistance à Manan Fakoo quand celui-ci s’est présenté au poste de police après avoir été victime d'une attaque criminelle. 

Deux suspects croupissent toujours en prison sans raison valable

Si la police se donner la peine de vérifier les caméras de surveillance le soir du meurtre, de toute évidence ces suspects auraient été blanchis. Mais il est plus simple de faire croire dans l'opinion publique que la police a le contrôle dans le pays. Antish Gowry et son cousin Nitish Yerukanaidoo ont été interpellés mais nient toute implication dans le meurtre.

Pourquoi alors la police a retenu une accusation provisoire de tentative de meurtre pour l'incident de Grand-Baie contre Antish Gowry et Nitish Yerukanaidoo du meurtre de Manan Fakhoo, tout en les maintenant en cellule policière ?

Ils concèdent qu’ils ont eu un accrochage avec un groupe d’individus à Grand-Baie, parmi se trouvait Manan Fakoo et ces acolytes connus comme le "Gang du Sud". Apparemment le véhicule dans lequel se trouvaient les deux cousins a percuté celui dans lequel Manan Fakoo était l’un des occupants. Les deux cousins auraient reçu des baffes durant cette altercation. La raison était-elle suffisante pour tuer Fakoo alors que leur alibi le soir du crime est béton ?

Revenons au témoignage de Vivek Ramful, à la suite de sa comparution devant la justice pour sa mise en inculpation provisoire concernant l'agression de Fardeen Okeeb pour kidnapping et agression.

Cet habitant de Beau-Bassin, âgé de 26 ans, a été arrêté par le Central Criminal Investigation Department a avoué sa participation dans le lynchage de de Okeeb. Et, le plus intéressant, c’est que Vivek Ramful a fait des « sérieuses allégations » contre des hauts gradés. Notons que ce mécanicien de Beau-Bassin, voisin de l’ex-gros bras Manan Fakoo, a fait état de la présence de ce dernier, de Vishal Shibchurn et de Senna Budlorun, beau-frère du ministre Bobby Hurreeram, à Cottage.

Des noms qui reviennent régulièrement dans l'actualité. Après un défilé encadré par la police où des sabres ont été aperçus, puis si il fallait remonter encore plus loin, les premiers messages à caractère sectaires et incitation à la haine raciale envoyés par Whatsapp. Là encore avec tout ces éléments déterminants, la police continue de fermer les yeux et se discréditent chaque jour auprès des Mauriciens.

 

Mercredi 3 Février 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.