Menu


Politique

Les "Pom-pom girls" du MSM : «Totalement faux, c'est Joanna Bérenger qui a utilisé des propos dégradants»


Rédigé par E. Moris le Samedi 4 Juillet 2020



Que faisait-elle lorsque les députés du gouvernement se moquaient de Johanna Bérenger et l’accusait d’être une « voleuse » et « la fille d’une voleur » ? Non, non, non, la ministre de l’Égalité des genres n’a pas rigolé. Elle ne s’est pas moquée de la députée mauve ! C’est du moins ce qu’a juré Kalpana Koonjoo-Shah en conférence de presse ce samedi.

Navin Ramgoolam prend la défense de Joanna Bérenger face aux "bachiara" de la majorité parlementaire 

Mais apparemment, elle ne digère pas du tout le fait que c’est le Ptr et son leader qui la critique. Et Kalpana Konjoo-Shah, après s’être dédouanée, a déclaré qu’elle s’étonne que ces critiques proviennent de Navin Ramgoolam, dernière personne à donner des leçons sur la façon de traiter les femmes.

«Totalement faux. Jamais nous n'avons manqué de respect envers, elle, c'est Joanna Bérenger qui a utilisé des propos dégradants» 

Kalpana Koonjoo Shah a été rejointe dans ses propos par les députées de la majorité, Joanne Tour et Subhasnee Luchmun Roy.

La médiocrité intellectuelle a son plus haut niveau.

Selon Joanne Tour, Joanna Bérenger «fait le show de la victime». De son côté, dans la surenchère, Subhasnee Mahadeo a défendu l'épouse du Premier ministre, Kobita Jugnauth après «les coups bas et les attaques comme le Serenity Gate et la bande sonore contre la famille Jugnauth».

Avec la mémoire d'un poisson rouge ou le cerveau d'un moineau, Subhasnee Lutchmun Roy semble faire abstraction des coups bas en dessous de la braguette de son "zen lider" sur l'épouse de l'ex Premier ministre, lors de la campagne électorale.

Parler pour ne rien dire, semble être la spécialité de cette ancienne animatrice radio. Dans le souci de lui rafraîchir la mémoire : Une campagne électorale sous le thème de la braguette ouverte.

Subhasnee Luchmun Roy de nouveau la risée du Net

A retenir que Kalpana Koonjoo-Shah est aussi – et c’est le plus important – revenue sur les cas d'abus sexuel à Cité-Anoska.

Elle a indiqué que la fillette violée de trois ans reçoit tout le soutien et l'accompagnement nécessaires, tout comme sa demi-sœur, victime d’abus sexuels, et son demi-frère.

Kalpana Koonjoo-Shah reconnaît que la situation est grave et soutient que le gouvernement a un plan d’action pour les zones touchées par la précarité. Elle a aussi évoqué l’Arlésienne qu’est le Children’s Bill.



1.Posté par Rattan Chand le 05/07/2020 19:54
We have now a new breed of politicians who suffer from an ethical and governance deficit. They reek of totalitarian sulphur and run our institutions like personal fiefdoms with their over bloated egos and arrogance and the accompanying vulgarity to squash anyone who dares not cow down before them like whipped curs. They are more at ease with their very own, the sycophants and supplicants. Their political manoeuvres and calculations are driven by one instinct: regime survival at any cost. And we are paying very dearly for this through their autocratic and populist policies. As one of our stalwarts remarked recently “ Are we still nursing the fast-fading illusion that we are the leaders in Africa ! In the corruption and ‘democraticide” stakes, most certainly !

Indeed, a vulgar band of neophytes have taken over our National Assembly.
This is unacceptable, their bloodcurdling toxic behaviour that is infecting our august National Assembly. We strongly denounce the indecent behavior of this vulgar band of neophytes from the parliamentary majority ( led by Stephane Toussaint in the approving presence of Minister for Gender Equality) towards Joanna Berenger.
We squirm at such style of politics reminiscent of the bad old ways of corrupt authoritarianism, demagoguery and shabby governance of some banana republics . Such behaviour, c'est pas dans nos moeurs. Bereft of the right words to condemn such behaviour, we hang our head in shame.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.