Menu


Politique

Les Muppets du Daily Show Press Conference règlent leur compte


Rédigé par E. Moris le Jeudi 14 Mai 2020



On ne le dira jamais assez, le National Communication Committee, dirigé par le Docteur Zouberr Joomaye, qui fait le point sur la situation du Covid-19 lors d'un «press briefing» chaque jour est une insulte aux Mauriciens.

Un «press briefing» sans la presse et sans aucune question de la presse, ça existe, il suffit de demander !

Ce jeudi soir, nous avons assisté à une farce ! Alors que les amendements à deux projets de loi sont très contestés par les membres de l'opposition, qui ont un temps de parole réduit au Parlement, ce sont les ministres avec la complicité d'un docteur/conseiller politique, qui ont une nouvelle fois utilisé la chaîne nationale pour faire le service après-vente du gouvernement.

Le Dr Zouberr Joomaye est venu alimenter la braise, se voulant "rassurant" envers le personnel de santé dans le traitement de l’épidémie :

 «Nous tenons à rassurer le personnel de la santé : ne vous laissez pas décourager par ces politiciens. La population reconnaît votre travail».

Comme dans un mauvais sketch, le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, a ciblé les interventions des membres de l'opposition sur les amendements aux lois du travail dans le Covid-19 Bill, mais aussi les syndicats.

«Shakeel Mohamed a mis le doute dans la tête des gens en disant que les amendements que nous avons proposés viennent des lobbies du secteur privé». Puis a demandé aux employés comme les employeurs «à ne pas critiquer dans un moment pareil». 

Au tour du ministre des Finances, Renganaden Padayachy, de prendre la parole, un brin agacé. Il est intervenu uniquement pour tacler ces opposants politiques et ce qui a été dit au Parlement.

Rajoutant à l'insulte, il a tenu à débiter les banalités d'usage :  «Je tiens à rassurer la population que le gouvernement travaille pour l’après- Covid-19 et l’après-confinement.»


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.