Menu



Politique

« Les Mauriciens ont été piégés… c’est une bombe à retardement », affirme Bérenger


Rédigé par E. Moris le Samedi 17 Juillet 2021



Les quatre leaders du Regroupement de l’Espoir étaient face à la presse ce matin. Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval ont consacré l’essentiel de leur intervention sur le Social Contribution and Social Benefits Bill, introduit en première lecture au Parlement mardi dernier. Les débats sont prévus cette semaine. 

Ainsi, le leader du MMM a déclaré que dans ce projet de loi, le gouvernement a changé l’appellation de la CSG qui devient « contributions sociales ». Il soutient que c’est un projet de loi très compliqué qui va toutefois chambouler le système de pension. Le pire, selon lui, c’est qu’il est présenté à un moment où la cour suprême écoute une demande de révision judiciaire sur le sujet. 

Il a rappellé qu’à la veille des dernières élections générales, le gouvernement avait promis de revoir la pension qui allait passer à Rs 13 000 à la fin du présent mandat. « Mais il n’avait pas dit qu’il allait abolir le National Pensions Fund. En fait, la pension est restée bloquée sur Rs 9 000. Même la compensation salariale n’a pas été ajoutée à cette somme. De plus, il n’a jamais été dit que l’âge de la retraite allait passer à 65 ans. Le gouvernement a embêté le petit salarié », a-t-il déclaré. 

Paul Bérenger a aussi déclaré que les travailleurs indépendants aussi « ont été piégés ». « Ils ont obtenu Rs 10 000 en mars 2021. Maintenant, ils vont devoir contribuer à la CSG. Avant, ils ne cotisaient pas. Même pour les fonctionnaires, le gouvernement soutient qu’il va payer jusqu’à nouvel ordre. Ce que le gouvernement va faire, c’est leur donner le PRB et reprendre cette somme », a-t-il ajouté. 

Pour le leader du MMM, « l’heure est grave… ce projet de loi est une véritable bombe à retardement ».

Samedi 17 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.