Menu



Société

Les Avengers adressent trois requêtes au Commissaire de police


Rédigé par E. Moris le Mardi 29 Décembre 2020



Ils sont venus aux Casernes centrales…  Ils ont rencontré Khemraj Servansingh… Et ils sont repartis conquis. Du moins pour l’instant.

Le panel d’avocats représentant la famille Kistnen a rencontré le commissaire de police. L’occasion pour les avocats de tenir un point de presse. C’est d’ailleurs ce qu’ils ont fait presque quotidiennement depuis quelque temps. Et ce mardi, ils se sont adressés à la presse à trois reprises. À tel point que certains avocats n’avaient plus rien à dire ! 

Mais revenons à la rencontre.

Ce qui ressort, selon Rama Valayden, c’est que trois requêtes ont été adressées au commissaire de police durant la rencontre qui a duré un peu plus d’une heure. Les Avengers souhaitent la nomination d’un consultant pour aller récupérer des images du Safe City Command Centre. Ils souhaitent un autre consultant pour aller recueillir du serveur de Mauritius Telecom les textos et appels à partir du téléphone de Soopramanien Kistnen. 

La troisième requête est plus étonnante

Évoquant la fameuse évasion du 30 juillet 1999 de la prison de haute sécurité de La Bastille, il a demandé l’institution d’une récompense publique. Rappelons que ce jour-là, Dharmajen Sabapathee, Antoine Leonel (alias Dallon), Clifford Resley-Rioux (alias Ti-coup), Mohamed Talat-Jegessur (alias Kojak) et Dhanranrjsing Jeensingh-Ramessur avaient pris le large. Tous avaient été repris vivants, sauf Rajen Sabapathee, abattu dans un endroit retiré dans l’Ouest. 

Rama Valayden estime, que dans cette affaire d’évasion, une récompense publique pourrait aider les personnes qui disposent d’informations à venir de l’avant.

Mardi 29 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.