Régions Océan Indien

Les Agaléens exigent de savoir ce qui se cache réellement dans l’accord avec l’Inde

Lundi 4 Novembre 2019

L’intérêt de l’Inde pour Agaléga est au centre des spéculations, tant à Maurice que dans la Grande péninsule. Pourquoi l’Inde injecte-t-elle autant d’argent dans cette île de 300 habitants ? Pourquoi les différents accords signés entre l’Inde et Maurice concernant Agaléga ne sont pas rendus publics à ce jour ?


Lors d'un point de presse Zynno Alfred, président de l’Agalega Island Council, ce lundi 4 novembre, a exigé plus de considération de la part du gouvernement envers les Agaléens.

« C’est un appel que je fais au futur gouvernement afin que les Agaléens soient considéré. J’espère aussi que le prochain gouvernement nous dira enfin ce qui se cache réellement dans l’accord avec l’Inde ». C’est le droit des Agaléens de savoir ce qu’on fait sur notre île.» 

Agalega : La moitié de l’île du Nord est sous le contrôle des Indiens.

En effet, le flou et le manque de transparence persistent toujours autour de la construction d’une piste d’atterrissage longue de 3 kilomètres, entre le village La Fourche et le Village 25, et d’un nouveau quai à La Fourche. 800 travailleurs étrangers (indiens) sont actuellement dans l’île pour effectuer ces travaux. Plusieurs craignent que l’île ait été vendue à l’Inde, comme ce fut le cas pour les Chagos aux Anglais.

Législatives 2019

Un appel est lancé au gouvernement et aux députés du n° 3 pour qu’ils revoient la loi et amendent l’Outer Island Development Corporation Act. Cela afin de permettre aux Agaléens de voter pour leur président ainsi que pour des représentants au sein de l'assemblée et de conclure : « Il ne faudrait pas qu’Agaléga soit laissé dans l’oubli » .

Conditions de vie sur l’île

325 personnes résident sur l'île, ils exigent qu'un meilleur service de santé et de sécurité sociale.

 

Rédigé par E. Moris le Lundi 4 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.