Menu

Société

Leçon de chatwarisme de la présidente de la Hindu House


Rédigé par E. Moris le Dimanche 16 Octobre 2022



Elle n'est pas loin de figurer dans le concours de "Chatwa' de l'année ! Selon la définition de "Chatwa" : "bann ki contan souss policien pou gagne enn lavatanz" ou aussi connu comme "roder boutt, sousser mayo".

C'est une première dans la société socio-culturelle à Maurice, pour la première fois de son histoire, la Hindu House se retrouve avec une femme à sa présidence, qui n'est nulle autre que la fille du président sortant, Virendra Ramdhun. Luxshmee Ramdhun-Bundhun se retrouve donc dans le fauteuil de son défunt père. Bien qu'elle avait pourtant annoncé la couleur le jour de son élection : “Je suivrai l’exemple de mon père. De même, j’ai pour mission de servir le public sur les mêmes lignes directrices et en suivant les mêmes principes de base qui resteront inchangés.” Rappelons que Virendra Ramdhun, était un fervent de Saj et que la Hindu House gère un shivala et une multi-complex house, à 7e Mile, Triolet, un des plus grands villages du pays, situé dans le nord de Maurice.

Utiliser les fêtes religieuses pour parvenir à un gain politique ou à une popularité sont devenus une constante pour Pravind Jugnauth, avec la complicité révoltante des associations socio culturelles. Quand il ne déverse pas sa bile politique tout en se gratifiant narcissiquement de ses propres qualités avec une arrogance caractérisée, sous l'oeil des caméras de sa chaine nationale, le Premier ministre peut compter sur l'allégeance de ses fidèles, voir ses "fans". Alors que Pravind Jugnauth ne rate aucune occasion de montrer sa grande spiritualité auprès d'une certaine communauté, acceptant les invitations des associations socioculturelles de l'île, se photographiant dans les temples ou en pèlerinage, il faut croire qu'il est prêt à se faire crucifier tel Jésus à l'autel des sacrifices.

Quand Pravind Jugnauth n'est pas comparé à Jésus-Christ himself, ou encore « Shivaji » par ses chamchas de service, c'est au tour de Luxshmee Ramdhun-Bundhun de balancer « nous n’avons ni prince ni roi mais nous avons un PM qui entame le même chemin que Ram ». A Cassis dans le cadre des célébrations de la fête Divali, le Premier ministre selon elle, incarne les valeurs du dieu Ram. Rien que ça ! « Nou fier nou PM ki pe  travay d’arrache-pied »

Et Pravind Jugnauth dans son discours d'affirmer que Ram reste un exemple pour tous les dirigeants du monde. Le monsieur vertueux, qui a une fâcheuse tendance à se laisser à la vulgarité, a aussi déclaré  qu’il y a deux courants différents qui existent et deux choix à faire. Celui basé sur l’intérêt personnel, le plaisir et le pouvoir « a ninport kel prix » et celui qui prône une culture basée sur le service du peuple, axée sur l’harmonie et la prospérité. « Tou dimounn ena enn swa a fer ant sa de la », a rappelé Pravind Jugnauth.


 


Dimanche 16 Octobre 2022


1.Posté par Caro le 20/10/2022 10:02
Quelle bande de tarés… religion d état!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.