Social

Le voyeurisme spectacle !

Mardi 17 Juillet 2018

Le cyclone Berguitta avait fait entre les 17 et 18 janvier 218, 4 043 sinistrés. Il y a eu un grand élan de solidarité à travers l'île pour aider les familles. Les mauriciens, face au petit "kit de survie" offert par le gouvernement incluant des biscuits secs et des bouteilles d'eau, n'avaient pas hésité à ouvrir les portes de leurs maisons, offrir des vivres alimentaires, un soutien ou une aide.


Le voyeurisme spectacle !
Aujourd'hui neuf familles sont toujours dans la tourmente. Ces sinistrés ont trouvé refuge auprès du centre communautaire de St-Malo, à Baie-du-Tombeau.

Leurs maisons ont été rasées avec la promesse d'un relogement. Avec patience certains se sont résignés à vivre dans ce refuge de façon temporaire, d'autres ont continué d'alerter les autorités et le gouvernement sur leurs conditions de vie. En vain, jusqu'à une première tentative de grève de la faim en février dernier.

Il y a quelques jours, les autorités ont donné un ordre d'évacuer émis par le ministère de l’Égalité du genre,  dans un ultimatum de 48h.

Face à cet ultimatum, n'ayant nulle part où aller, Rajespedee Candasamy, et Baya Douglas le président du Nouveau Mouvement Zanfan Baie-du-Tombeau ont entamé une grève de la faim depuis 20 heures le vendredi 13 juillet, Jardin de la Compagnie. 

Depuis la semaine dernière, les sinistrés ont multiplié les appels envers Soodesh Callichurn et Sharvanand Ramkaun afin de trouver un logement en cas d’évacuation.

Malgré un sursis de quelques heures, dans les larmes et la souffrance ils ont quitté  les lieux ce mardi 17 juillet.

Les journalistes étaient là, filmant toute la scène en direct pour les rédactions prêtes à publier la misère et le drame humain qui se déroulent sous nos yeux.

Sur les réseaux sociaux, le déferlement de commentaires témoigne le mal du siècle : le voyeurisme spectacle !

Rédigé par E. Moris le Mardi 17 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.