Menu

Santé

Le vaccin Covaxin : la communication par le vide du Dr Gaud exaspère


Rédigé par E. Moris le Vendredi 19 Mars 2021

Ce vaccin du laboratoire indien Bharat Biotech est, semble-t-il, un autre cadeau de l’Inde. Cela, grâce à l’implication personnelle du Premier ministre. C’est du moins ce que répète le ministre Kailesh Jugutpal en conférence de presse.



Du bla-bla-bla ! Un discours du vide avec des mots scientifiques destinés à éblouir. C'est ainsi que cette "experte" de la santé, qui vit d'une chiche retraite française a été propulsée dans un comité santé mauricien depuis le début de la pandémie de la Covid-19.  

Bien que ces "fans" revendiquent le fait qu'elle soit une experte reconnue dans son domaine, c'est surtout sa communication au sein du comité santé qui est loin de faire l'unanimité. Habituée à faire avaler des couleuvres lorsqu'elle était la porte-parole du parti communiste réunionnais à l'ère du très controversé Paul Vergès, Madame Gaud qui n'a jamais cessé de faire de la politique active, continue de vouloir endormir la population mauricienne.

Les indignations à géométrie variable du Dr Catherine Gaud

Pour sortir du confinement, la vaccination est l’une des solutions – et non la seule comme le soutiennent nombre de membres du gouvernement. Et ne voilà-t-il pas que l’on importe la polémique Covaxin après l'AstraZeneca (vaccin suspendu en Afrique du Sud car inefficace face au variant sud africain) sur nos côtes.

L'île Maurice en plein confinement avec une seconde vague de la Covid-19, a reçu ce vendredi matin 200 000 doses de Covaxin en provenance de l’Inde. Des vaccins réceptionnés avec sobriété par le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, celui des Affaires étrangères, Alan Ganoo et la Haut-Commissaire de l’Inde à Maurice, Nandini K Singla, avec l'absence remarquée du Premier ministre, confiné dans sa résidence de Angus Road, dont la dernière apparition date du 12 mars.

Des motivations politiques et économiques ?

Il s’agit du vaccin indien Covaxin, produit par le laboratoire Bharat Biotech Ltd. L’efficacité de ce vaccin n’est pas encore officiellement certifiée, car les résultats définitifs de phase-3 n’ont pas encore été publiés – mais ceux préliminaires, annoncés par Bharat Biotech, indiquent une efficacité de 81%. Le Covaxin n’a pas encore obtenu l’aval de l’OMS pour être utilisée. Certes, The Lancet a indiqué que les essais cliniques de phase-2 du Covaxin garantissent que ce vaccin « est sûr et entraîne une réponse immunitaire, alors que le gouvernement l’utilise depuis deux mois dans les hôpitaux publics ».

Selon le Dr Catherine Gaud, l'épidémie était présente depuis fin janvier/début février

Néanmoins, il n’a pas obtenu l’aval de l’OMS  ! Et ça, le comité santé qui a tendance d'habitude de brandir l'OMS à toutes les sauces a évité d'en parler, balayant d'un geste de la main cette information capitale.

Le Covaxin, vaccin « 100% made in India », a été validé en urgence le 3 janvier, marquant le début d’une large campagne de vaccination en Inde.

Deuxième fausse note. Le ministre de la Santé a indiqué ce vendredi que c’est le Vaccination Committee qui a autorisé l’utilisation du Covaxin. Qui est à la tête de ce Vaccination Committee ? Nul autre que le Dr Zouberr Joomaye ! Un "bénévole" du comité santé, conseiller "rémunéré" au Bureau du Premier ministre et qui siège dans différents organismes de l'Etat sans grande raison, si ce n'est sa très grande proximité avec le régime en place. Et qui par ailleurs continue de monter son projet de clinique privée, confinement ou pas, "pas à pas" avec une plainte de l'Icac collé aux fesses.

Si c’est le cas, est-ce que ce comité est apte à recommander l’utilisation d’un vaccin que l’OMS n’a pas encore approuvé. Apparemment oui. Si Maurice était disons les États-Unis ou la Grande-Bretagne ou encore la France, on aurait compris que son Vaccination Committee aurait compris les meilleurs experts pouvant trancher la question et pouvant même autoriser l’utilisation d’un médicament ou vaccins sans l’aval de l’OMS. Mais à Maurice, ce sont les nominés politiques et "petits courtiers" qui décident. Là encore au détriment de toute logique. Un vaccin administré uniquement en Inde pour le moment et distribué principalement aux pays pauvres. Pour les effets secondaires de ce dernier, il faudra attendre des mois pour pouvoir se prononcer.

L’empressement quant à la validation du Covaxin laisse de nombreux points d’interrogations et plusieurs scientifiques s’interrogent sur ses causes. Bhârat Biotech affirme avoir vendu le fameux vaccin au Brésil et discuté de possibles ventes avec quinze autres pays.

Par ailleurs, au-delà du profit économique que cette vente pourrait générer, l’Inde saisi la chance de s’affirmer sur la scène politique mondiale. Effectivement, les responsables indiens ont affirmé que l’Inde va offrir, gratuitement, des millions de doses de ce Covaxin a certains de ses pays voisins tels que les Philippines, la Birmanie, la Mongolie, le Népal et le Sri Lanka. Présenté comme un « geste de bonne volonté » selon le gouvernement, cet acte revêt surtout d’une importance stratégique non négligeable, dans un contexte de rivalité régionale exacerbée avec la Chine, qui offre elle aussi des vaccins.

Vendredi 19 Mars 2021


1.Posté par kersauson de (p) le 20/03/2021 08:17
va t'on devoir aussi signer le document qui exonere l Etat momo de tte responsabilité
s'il nous IMPOSE un vaccin non agrée ????
" je vous inocule ce produit dont je ne sais rien et si vs avez des soucis ce sera de votre faute.. " je signe ou pas ?? si je ne signe pas, je chope virus, et 15 jrs apres je suis guéri.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.