Menu



Justice

Le procès du meurtrier présumé du petit Ritesh démarre


Rédigé par E. Moris le Mardi 19 Janvier 2021



Reconstitution des faits
Reconstitution des faits
Hier, le jury a été constitué. Ainsi, ce mardi démarre véritablement le procès de Sacheen Tetree, accusé du meurtre du petit Ritesh Gobin. Ce drame avait ému toute la population. Même le Premier ministre s’était déplacé à Petite Rivière pour visiter les parents du petit.

Ritesh Gobin avait 11 ans. Il est mort égorgé sous les yeux de sa sœur. C’est le juge Lutchmeeparsad Aujayeb qui préside le procès avec un jury de neuf personnes, six femmes et trois hommes.

Rappelons que Sacheen Tetree avait, à la police, avoué avoir commis le meurtre. Il avait expliqué que Ritesh et son fils, qui fréquentent la même école, se sont disputés deux ans plus tôt, soit en 2016. Le 20 octobre 2018, Sacheen Tetree et le père de Ritesh Gobin ont consommé de l’alcool. Puis, Sacheen Tetree s’est rendu à la boutique pour acheter d’autres bouteilles. Il était accompagné de Ritesh Gobine et de la sœur de celui-ci.

À la boutique, Sacheen Tetree a déclaré qu’il a aussi acheté le cutter. Il a pris un autre chemin pour le retour. Et là, dans un terrain en friche, il s’est saisi du petit Ritesh et l’a égorgé. Cela, sous les yeux de la sœur, qui a pu s’enfuir. Néanmoins, selon une autre version, il aurait tenté d’agresser sexuellement la fillette. Mais le petit Ritesh a défendu sa sœur. Ce qui a provoqué son décès. En tout cas, c’est pour le meurtre du petit que Sacheen Tetree répond d’une accusation de meurtre avec préméditation.

Car aux Assises, il est revenu sur ses aveux faits à la police. Il plaide donc non-coupable. Il est défendu par Me Erickson Mooneeapillay. Ce mardi, les témoins de cette affaire seront entendus. La La poursuite est assurée par Me Azam Neerooa, assisté de Me Yushra Nathire-Beebeejaun.

Mardi 19 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.