Société

Le nombre d’hommes victimes de violence domestique en hausse

Samedi 20 Juillet 2019

Les chiffres de Statistics Mauritius concernant la violence domestique sont tombés vendredi. Et ce qui retient l’attention, c’est que le nombre concernant les hommes est en hausse.

Rappelons que 1 527 cas de violence domestique ont été rapportés au ministère de l’Égalité des Genres en 2018. 

Si, comme on pouvait s’y attendre malheureusement, 84,6 % concernent des femmes. Cela fait 1 292 cas. Et, ce qui est intéressant, c’est que ce nombre est en baisse comparé à l’année précédente (2017). En revanche, pour 2018, le nombre d’hommes ayant porté plainte pour violences conjugales s’élève à 235, soit 15 de plus qu’en 2017. 

Si l’on analyse les chiffres concernant les plaintes faites par des femmes, notons que dans 32,1% des cas rapportés, les victimes ont été agressées par l’époux/le conjoint. Dans 28,1% des cas, les victimes ont été agressées verbalement par l’époux/le conjoint. L’agression verbale, souligne Statistics Mauritius, comprend la maltraitance, le harcèlement, les divers abus et l’humiliation. 8,1% des victimes ont été menacés d’agression et 6,6% des victimes ont été victimes d’abus physique par d’autres membres de la famille vivant sous le même toit. 

Pour ce qui des plaintes faites par les hommes, dans 29,9%  des cas, les victimes ont été agressées verbalement par l’épouse/la conjointe. Dans 21,5%, il y a eu agression physique par l’épouse/la conjointe. Et dans 10% des cas, il y a eu agression verbale de la part d’autres membres vivant sous le même toit.

Rédigé par E. Moris le Samedi 20 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.